Catégories
Les Chronologies

Gestion de la crise sanitaire

Dans cet article, une chronologie aussi complète que possible de l’évolution de la crise du coronavirus, et de sa gestion par l’Etat français surtout, ainsi qu’au niveau international.

Février 2017 : Accréditation à Wuhan d’un labo P4, en présence de Bernard Cazeneuve, Marisol Touraine, Mathias Feckl (secrétaire d’Etat au commerce extérieur), Hervé Raoul du labo P4 de Lyon et Yves Levy le PDG de l’INSERM, afin d’étudier ébola. Créé grâce à une collaboration franco-chinoise, il a ouvert en juin 2016. Yves Levy est alors PDG de l’Inserm, président de l’alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé et co-président français du comité chargé du suivi de la mise en œuvre de l’accord intergouvernemental de coopération en matière de prévention et de lutte contre les maladies infectieuses de 2004.

« Lors de son discours, le Premier Ministre est revenu sur l’importance que revêt ce laboratoire, de conception française, dans le cadre de la coopération et de la lutte contre les maladies infectieuses émergentes. Il a également annoncé que l’Etat français mettrait à disposition un budget d’un million d’euros par an sur 5 ans pour soutenir la coopération scientifique dans ce domaine autour du P4 de Wuhan. Ce laboratoire devrait être intégré à terme au système d’alerte et de réponses aux épidémies de l’Organisation Mondiale de la Santé ».

Mai 2018 : Fermeture de la dernière usine à produire des masques destinés à l’hôpital en France, à Plaintel en Bretagne. 38 salariés ont été licenciés, la production a été délocalisée et les machines détruites. « Après Condé-sur-Noireau et le licenciement de 323 salariés en 2013, « le groupe Honeywell a annoncé la fermeture du site de Plaintel. L’usine fabriquait des masques respiratoires jetables depuis 44 ans. La production est délocalisée en Tunisie, afin d’augmenter les profits du groupe. Les 38 salariés sont tous licenciés » craint l’intersyndicale CGT et CFDT. Ou bien ils devront accepter une mutation. Et, selon les syndicats, « les profits de ce groupe ont doublé sur cette période. » Ils reprochent à la société de ne pas avoir investi pour moderniser les produits et les installations du site« , rappelait alors Ouest France. Le 10 avril 2020, en pleine pénurie de masques pour les hôpitaux, le Région appelle à un soutien pour relancer la production.

Mars 2019 : Des scientifiques chinois alertent sur le risque d’une épidémie de coronavirus en provenance des chauves-souris : « Il est généralement acquis que les coronavirus portés par les chauves-souris vont réémerger et causer la prochaine flambée épidémique. A cet égard, la Chine est une probable zone à risque. Le défi consiste à savoir où et quand, de façon que nous puissions faire de notre mieux pour prévenir de tels foyers de maladie ».

Septembre 2019 : Le député LREM Michel Amiel commence à mettre sur la table sa proposition de loi, cosignée par son groupe, pour « renforcer la sécurité sanitaire, en améliorant la prévention à l’égard de maladies contagieuses et la prise en charge de personnes infectées ou exposées. »

19 septembre 2019 : A New York, 1er sommet de l’Alliance ID2020 appelé « Rising to the Good ID Challenge ». Tourné sur la question de l’identité numérique. Ils annoncent qu’ils déploient leur programme en 2020.

18 octobre 2019: Event 201 : Simulation du Forum Economique Mondial, de la fondation gates et de la fondation John Hopkins, sur l’impact économique d’une crise de coronavirus.

17 novembre 2019: Premiers cas de covid à Wuhan selon les autorités chinoises. Recensé le 17 novembre sur un homme de 55 ans.

Fin novembre 2019 : Selon une info d’ABC News du 09 avril 2020, les renseignements militaires Américains (le National Center for Medical Intelligence) ont produit un rapport basé sur des interceptions de données, du hacking et des images satellite, alertant sur le début d’épidémie de coronavirus à Wuhan. Ce rapport diffusé le 8 avril 2020 précisait que l’épidémie risquait d’être rapidement hors de contrôle et que les autorités chinoises le savaient dès le début. D’autres rapports d’autres organismes ont suivi.

5 décembre 2019 : Dépôt au sénat de la proposition de loi d’Amiel (LREM) sur le confinement obligatoire et l’isolement obligatoire en cas de crise sanitaire.

Début décembre : Alerte de 7 médecins chinois et du Dr Li Wenliang.

19 décembre : Le Massachusets Institute of Technology (MIT) a inventé « des nanoparticules injectables sous la peau qui émettent une lumière fluorescente invisible à l’œil nu mais visible par un smartphone, et qui pourraient un jour servir à confirmer que la personne a bien été vaccinée« , explique Le Monde. Le dispositif, financé par la fondation Bill et Mélinda Gates, doit être testé au Kenya et au Malawi. Ce marquage est censé rester fonctionnel durant plusieurs années. « La recette finale est composée de nanocristaux à base de cuivre, appelées des boîtes quantiques (« quantum dots » en anglais), de 3,7 nanomètres (nm) de diamètre, et encapsulés dans des microparticules de 16 micromètres (μm, 1 μm égale un millionième de mètre, et 1 nm égale un milliardième). Le tout est injecté par un patch de microaiguilles de 1,5 mm de longueur« .

Fin décembre : Taïwan prévient l’OMS que le coronavirus peut se transmettre en humains, suite à des contaminations du personnel médical de Wuhan. Taïwan ne fait pas partie de l’OMS en raison du conflit avec la Chine.

3 janvier 2020: Article de la BBC qui est le 1er à parler d’infections en Chine par un « virus mystère », avec 44 personnes touchées dont 11 cas graves à Wuhan (11 millions d’habitants). Disent que ça a commencé au marché aux poissons et animaux sauvages et que ça créé des pneumonies. Il reprend un article paru dans la revue Science le même jour : « Novel human virus ? Pneumonia cases linked to seafood markzt in China stir concern ».

10 janvier : Selon le communiqué du gouvernement du 31/03 à 19h 15, le gouvernement a alerté les Agences régionales de Santé de l’existence du nouveau virus.

12 janvier : L’OMS déclare l’existence d’un nouveau coronavirus, nommé « 2019-nCoV » qui créé des pneumonies. On parle de 59 personnes infectées en Chine. Le génome du virus est présenté publiquement.

13 janvier : Le labo de Shangaï (Shanghai Public Health Clinical Centre, niveau 3 de biosécurité) qui a identifié le génome du virus est fermé pour « rectification » et sans explications dès le lendemain de l’annonce. Une inspection a eu lieu le 5 janvier le jour où le génome a été identifié (deux jours avant l’annonce officielle des pneumonies mystérieuses), le 24 le labo a eu l’autorisation de travailler sur le virus.

+ 1er décès officiel en Chine et 1er cas hors de Chine, en Thaïlande, sur une femme qui venait de Wuhan mais n’a pas été sur le marché.

+ Agnès Buzyn fait classer l’hydroxychloroquine comme substance vénéneuse, l’arrêté est signé par Salomon qui dirige le groupe « scientifique » sur le coronavirus.

14 janvier : L’OMS dit qu’il n’y a « aucune preuve » de transmission inter humains du coronavirus.

15 janvier : La Chine annonce la transmission du virus entre humains mais faible. 71 personnes qui étaient à Wuhan sont hospitalisées à Hong Kong mais 60 repartent car le virus n’a pas été repéré.

17 janvier: L’Allemagne produit un test de dépistage rapide du coronavirus. Ces tests ont été produits rapidement afin de tester la population. Fin avril 2020, l’historien Johann Chapoutot a dit au cours d’une interview à Médiapart que « Et la production a été possible grâce aux capacités de production dans le pays : alors que la France a connu une désindustrialisation de masse, il persiste en Allemagne un tissu industriel de PME, qui a été sacrifié en France. L’Allemagne a donc fait, dès fin janvier, ce que l’on nous promet de faire en France après le 11 mai : dépister, isoler et traiter. Sachant que l’on n’est même pas sûr, en France, de pouvoir le faire« .

20 janvier : Agnès Buzyn dit que « le risque de propagation depuis Wuhan est quasi nul. Le risque de propagation dans la population est très faible mais ne peut pas être exclu« .

21-24 janvier : Forum de Davos et lancement de l’Alliance ID2020. But : trouver des solutions technologiques et financières pour le business numérique. Partenaires : Accenture, Gavi the vaccine alliance, Rockefeller Foundation, Microsoft, Ideo.org.

22 janvier : Les scientifiques évoquent une origine chez les serpents ou les chauves-souris. Mise de Wuhan en quarantaine. Le 24 une dizaine de villes en Chine sont bouclées.

+ Les autorités chinoises signalent que le virus « pourrait muter et se propager plus facilement« .

24 janvier : L’OMS confirme la transmission inter-humains. Demande à tous les pays des mesures pour détecter les cas. Selon le comité d’urgence de l’OMS « Il existe une transmission interhumaine du virus » et « sur les cas confirmés, 25 % sont signalés comme étant sévères ». « Des cas infectés en Chine ont été exportés aux États-Unis, en Thaïlande, au Japon et en République de Corée. On s’attend à ce que d’autres cas soient exportés vers d’autres pays et que la transmission se poursuive. »

+ 3 premiers patients atteints en France (1ers en Europe). L’Institut Pasteur travaille sur le séquençage du génome à partir des 3 patients et y parvient le 27 janvier.

+ l’INSERM établit 2 scénarios de contagion, un grave et un pas grave.

+ Une étude de scientifiques chinois publiée dans The Lancet montre que le virus 2019-nCoV a circulé entre humains avant décembre 2019, avant d’arriver au marché de Wuhan qui aurait seulement contribuer à sa propagation.

26 janvier : 10 patients sous surveillance en France. Buzyn affirme : « Nous avons des dizaines de millions de masques en stock en cas d’épidémie, ce sont des choses qui sont d’ores et déjà programmées. Si un jour nous devions proposer à telle ou telle population ou personne à risque de porter des masques, les autorités sanitaires distribueraient ces masques aux personnes qui en auront besoin ». Selon elle, il était donc « inutile » d’en acheter.

27 janvier : ouverture du centre d’urgence sanitaire, selon Salomon.

28 janvier : Pour la première fois, un article publié dans le Lancet émet comme hypothèse que le marché de Wuhan, le Seafood Wholesale Market de Wuhan, pourrait ne pas être à l’origine de l’infection. Il y est rappelé que le premier patient -dont on apprend à cette date qu’il remonterait au 1er décembre 2019- (date qui ne va cesser d’évoluer) n’avait eu aucun contact avec ce marché. « Aucun lien épidémiologique n’a été trouvé entre le premier patient et les cas ultérieurs » écrivent les signataires de l’article. 13 des 41 cas confirmés n’auraient pas eu de lien avec ce marché, toujours selon ces mêmes sources. 

30 janvier : L’OMS déclare l’urgence internationale pour le coronavirus. Il y a alors officiellement 10.000 personnes contaminées en Chine et 213 morts. OMS très proche de la Chine, qui a œuvré pour mettre le directeur général actuel Tedros Adhanom Ghebreyesus à son poste en mai 2017. Qualifié en off par certains « d’agent chinois », il aurait retardé la prise en compte du virus pour arranger la Chine.

31 janvier : Rapatriement des français qui étaient confinés à Wuhan. Les militaires de la base de Creil qui ont mené l’opération n’ont pas été testés ni mis en quarantaine à leur retour, ils ont seulement eu 15 jours de congé. Le 1er mars, Le Parisien rapportait que « Pour le ministère de la Santé, le sujet est clos. L’escadron de transport Esterel n’est pas responsable de la propagation du coronavirus dans l’Oise. Les regards se dirigeaient pourtant vers cette unité militaire de la base aérienne 110 de Creil, qui a participé aux opérations de rapatriement des Français de Chine« . Et Salomon d’ajouter : « Ce vol n’avait à bord aucun passager positif. Toutes les personnes avaient été testées à deux reprises. Et les équipes de l’Esterel ont été protégées puis surveillées pendant quatorze jours« . Le journal précisait encore : « Dans tous les cas, le patient zéro serait en lien avec l’enceinte militaire. « Le préfet m’a assuré que les cas répertoriés à Creil concernaient uniquement la base », assure le maire (PS), Jean-Claude Villemain. Une quinzaine de personnes de la BA110 auraient été testées positivement au coronavirus après la déclaration du premier cas« .

1er février: La France est le seul pays de l’espace Schengen à ne pas fermer ses frontières avec la Chine.

3 février : Six cas confirmés en France, officiellement. « Il n’y a pas de nouveau cas de coronavirus 2019-nCoV en France. Le directeur général de la Santé a tenu à rassurer la population, pendant une conférence de presse au ministère de la Santé, lundi 3 février. Les six cas confirmés à ce jour « sont stables », a indiqué Jérôme Salomon. Seul un Chinois âgé de 80 ans restait en réanimation, lundi, à Paris. Les cinq autres sont hospitalisés à Paris et Bordeaux. Le haut-fonctionnaire a également insisté sur le fait qu’il n’y a « pas d’épidémie en France, même pas de chaîne de transmission dans notre pays et aucune circulation du virus sur le territoire« . « Il n’y a donc aucune mesure particulière à prendre pour le grand public », a-t-il rappelé« .

5 février : Article de Science sur les patients asymptomatiques probablement contagieux et sur le fait que 20% des gens présentent des cas graves nécessitant une hospitalisation.

+ Débat au Sénat sur la loi de sécurité sanitaire d’Amiel : « Selon l’article 6 de la proposition de loi, le Code de la santé publique serait enrichi d’un chapitre pour limiter la propagation de maladies transmissibles et faire face à une situation sanitaire exceptionnelle. Une personne qui présenterait « un risque élevé de développer une maladie transmissible » (contact avec une personne malade ou séjour dans un foyer épidémique) pourrait faire l’objet « d’une mesure d’éviction et de maintien à domicile ». Elle devrait limiter sa présence dans les lieux de rassemblement. La prise de décision reviendrait à un directeur général d’une agence régionale de santé (ARS), suivant des modalités définies par décret en Conseil d’État. La mesure d’isolement prononcée pourrait durer au maximum deux semaines (une période de sept jours renouvelée une fois).

L’article 7 va même plus loin, en installant un dispositif d’ « isolement contraint« , qui serait « proportionné et gradué ». Un patient atteint d’une maladie « hautement contagieuse », qui refuserait de respecter des consignes de prévention ou d’isolement, serait alors pris en charge dans un établissement de santé, sur décision préfectorale ».

6 février : Mort du lanceur d’alerte Li Wenliang, 34 ans, à l’hôpital de Wuhan où il était en soins depuis 3 semaines. Il avait alerté sur la gravité du virus dès début décembre 2019.

7 février : Piste du pangolin comme « hôte intermédiaire » selon des chercheurs chinois. L’animal porteur à la base serait la chauve-souris. « Le virus de la chauve-souris n’étant pas équipé pour se fixer sur les récepteurs humains, il doit passer par une autre espèce pour s’adapter à l’homme, le fameux hôte « intermédiaire », rappelle un article de l’AFP.« 

12 février : L’Académie nationale française de pharmacie sonne l’alarme et rappelle que 80 % des principes actifs pharmaceutiques utilisés en Europe sont fabriqués hors de l’espace économique européen, surtout en Asie. 

15 février : 1er décès en France, un touriste chinois de 80 ans. 7 personnes hospitalisées, 4 guéris. Plus de 1700 morts en Chine.

17 février : envoi de masques FFP2 en Chine.

+ Le même jour, une étude chinoise montre que la chloroquine donnée à faible dose fait disparaître la charge virale du coronavirus. L’étude « identifie le blocage de l’infection par Covid-19 grâce à la présence de chloroquine à de faibles concentrations, et recommande l’inclusion du traitement dans les directives de la Commission Nationale Santé chinoiseé. Une étude précédente avait souligné « l’effet synergique » de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine, « ouvrant la voie à une stratégie internationale ». , résume le site Le Grand Continent [4].

17-24 février : Rassemblement évangélique à Mulhouse dans le quartier de Bourtwiller. Macron était justement à quelques centaines de mètres dans le même quartier le 18 février et il a fait des selfies avec tout le monde pendant une heure selon France Info le 28 mars.

25 février : Science parle de pandémie, et explique que sans aucune mesure, le nombre de cas réel dans un foyer double tous les 6 jours environ.

+ Selon Veran, « l’épidémie est à nos portes«  : « Nous nous préparons, nous préparons l’ensemble des dispositifs de veille sanitaire et d’intervention, en ville comme à l’hôpital, dans l’hypothèse où l’épidémie viendrait (…) Nous sommes dans l’anticipation, dans l’adaptation (…) L’épidémie c’est quand vous dites: le virus circule on n’arrivera pas à l’enrayer, c’est quand vous dites: on n’identifie pas tous les malades…(…) Là, nous sommes au stade avant l’épidémie. On ne ferme pas les frontières car ça n’aurait pas de sens. A ce stade, il n’y a pas lieu d’envisager la fermeture des frontières (…) Il n’y a aucun argument scientifique et médical aujourd’hui qui nous conduise à arrêter des événements collectifs comme le match de Ligue des champions, prévu mercredi entre Lyon et la Juventus de Turin« .

26 février : Salomon (directeur général de la « Santé ») déclare devant la commission des affaires sociales du Sénat qu’il « n’y a pas de pénurie de masques en France« . Il a ainsi affirmé: « Il y a des stocks stratégiques importants détenus par Santé publique France sur les masques chirurgicaux. On n’a pas d’inquiétude. La seule chose, c’est qu’on attend. On ne distribue les masques que quand c’est nécessaire : aux malades, aux personnes-contacts dans la zone où circule le virus. Si demain on nous dit qu’il y a une zone où le virus circule, évidemment qu’on privilégiera cette zone […] Il n’y pas de sujet de pénurie. J’encourage nos concitoyens à ne pas se faire avoir par des escroqueries« .

+ Le match Lyon-Turin a lieu à Lyon. 3 à 4.000 supporters de la région de Turin se déplacent à Lyon.

3 mars : Déblocage de 260 millions d’euros pour les hôpitaux.

+ dotations de l’Etat attribuées en avance : « 3,5 milliards d’euros, soit « une partie des crédits » votés, seront « versés dès avril, et non pas fin mai comme c’est habituellement le cas ». « 

+ Véran dit que le stade 3 de l’épidémie en France « se rapproche », c’est-à-dire l’épidémie sur tout le territoire. Il dit qu’il n’y a pas de problème pour les masques et le gel : « Alors que 15 millions de masques ont été distribués partout en France, dans toutes les officines de pharmacie et établissements de santé ainsi que les EHPAD, le ministre a annoncé un «nouveau déstockage de 15 à 20 millions de masques » cette semaine. « Le premier risque de manquer de quelque chose c’est quand tout le monde se rue dessus », a souligné le ministre, qui a profité de l’occasion pour rappeler que porter un masque lorsque l’on n’est pas contaminé ne sert à rien. « Nous avons un énorme producteur de gel hydroalcoolique qui peut faire face à la demande », a-t-il rassuré ».

+ « Des « cellules éthiques de soutien » devraient être mises en place dans les établissements pour aider les médecins obligés de choisir quels patients soigner en priorité si les services de réanimation étaient débordés par l’épidémie de coronavirus, selon les recommandations du Comité consultatif national d’éthique (CCNE)« .

5 mars : Blanquer dit à la radio à Bourdin qu’il n’est pas question de fermer les écoles, crèches et universités.

6 mars : Véran nomme un conseiller coronavirus.

8 mars : mise en quarantaine des régions italiennes contaminées.

9 mars : Véran déplafonne par décret les heures supplémentaires à l’hôpital.

10 mars : Véran fait son schéma de l’aplatissement de la courbe des contaminations pour expliquer la stratégie du gouvernement.

11 mars : Après la découverte d’une dizaine de cas de coronavirus à Bruz (Ille-et-Vilaine, 19.000 habitants), la ville a été classée par la préfecture comme « zone cluster ». Les écoles et certains lieux publics ont été fermés (mais les commerces et restaurants sont restés ouverts), les rassemblements interdits.

+ Création par Véran d’un « conseil scientifique » (le Care) pour conseiller macron alors qu’il existe déjà un Haut Conseil de la santé publique (HCSP) qui a la même mission. Les membres ont été nommés de manière opaque et beaucoup sont liés aux laboratoires: Jean Francois Delfraissy, Président – Laetitia Atlani Duault, Anthropologue – Daniel Benamouzig, Sociologue – Lila Bouadma, Réanimatrice – Simon Cauchemez, Modélisateur – Pierre Louis Druais, Médecine de Ville – Arnaud Fontanet, Epidémiologiste – Bruno Lina, Virologue – Denis Malvy, Infectiologue – Didier Raoult, Infectiologue – Yazdan Yazdanapanah, Infectiologue.

+ L’OMS parle de pandémie.

12 mars : Le ministre des Affaires étrangères de Chine dit que ce sont des US qui ont amené le virus à Wuhan dans la province de Hubei, en octobre 2019 lors des jeux mondiaux militaires. Suite à ça l’ambassadeur de Chine à New York a été convoqué. Contrôle des frontières en Slovaquie et République tchèque.

+ L’ex président Iranien Ahmadinejad a déclaré que le coronavirus, qui a « muté », est une « arme biologique » échappée accidentellement du laboratoire P4 de Wuhan. Aux Etats-Unis, Francis Boyle, prof de droit international à l’Université de l’Illinois, membre du conseil de direction d’Amnesty International et membre du conseil d’administration du Council for Responsible Genetics et a participé à la convention US sur les armes biologiques en 1989 a également affirmé le 30 janvier que le virus provient du labo P4 de Wuhan et qu’il s’agit d’un virus amélioré pour devenir une arme biologique.

+ Le matin, déclaration de Blanquer : « Nous n’avons jamais envisagé la fermeture totale des écoles. » Le soir, intervention de macron qui annonce la fermeture des écoles, collèges, lycées et universités dès le lendemain.

13 mars : Ecoles, crèches fermées. Rencontres sportives annulées, musées fermés, interdiction des rassemblements de + de 100 personnes. Philippe dit qu’on peut faire les 2 tours des élections « dans de bonnes conditions ». Déclenchement du Plan Blanc Maxima dans les hôpitaux.

+ Le Maire dit que la crise du coronavirus va coûter très cher.

+ Le gouvernement dit qu’il n’y a pas besoin de fermer les frontières. Selon Véran, « Un virus n’a pas de frontières. Il circule en Italie, en Espagne, en Allemagne mais aussi dans des pays qui ont déjà des frontières, comme la Suisse (…) scientifiquement cela n’a pas d’intérêt »

14 mars : Le samedi, Philippe annonce la fermeture de tous les lieux publics dès le soir à minuit. Télétravail obligatoire, ou chômage technique. Mais le 1er tour des élections municipales peut se tenir.

16 mars : Confinement de la France. 127 morts la veille. Déplacements interdits. L’OMS dit qu’il faut tester en masse la population.

17 mars : Fermeture des frontières extérieures et intérieures de l’Europe. Véran dit qu’il faudra au moins deux semaines de confinement.

+ Interview d’Agnès Buzyn au Monde, elle dit qu’elle savait que les élections ne pouvaient pas se tenir et qu’elle l’avait dit au gouvernement dès janvier. « On aurait dû tout arrêter, c’était une mascarade  » (…) Quand j’ai quitté le ministère, assure-t-elle, je pleurais parce que je savais que la vague du tsunami était devant nous. Je suis partie en sachant que les élections n’auraient pas lieu« , explique Le Monde. « A mots à peine cachés, l’ex-ministre de la santé reconnaît ce qui la déchire : fallait-il abandonner son posteen pleine tempête, alors qu’elle devinait le drame à venir ?« 

18 mars : Une étude publiée dans la revue Nature Medicine sur le SARS-CoV-2 n’a montré aucune preuve qu’il ait pu être « fabriqué en laboratoire » et affirme qu’il est « d’origine naturelle« . L’étude a été réalisée par des chercheurs de l’institut de recherche biomédicale US Scripps Research, de l’Université de Columbia et de l’Université de Sydney.

+ Lors d’une réunion des préfets de zone de défense, il a été décidé de ne pas mettre la pression du « confinement » sur les banlieues, d’après un article du Canard Enchaîné du 15 avril mentionné par Médiapart: « selon Le Canard enchaîné de mercredi dernier, qui révélait la teneur des échanges d’une visioconférence, le 18 mars, entre les préfets de zones de défense. Faire cesser les rassemblements dans les quartiers « n’est pas une priorité », y déclarait Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l’intérieur. Durant cette même réunion, le préfet d’Auvergne-Rhône-Alpes Pascal Mailhos, ancien patron des Renseignements généraux (RG), a, toujours selon Le Canard, «opiné et affirmé qu’il ne fallait pas mettre le feu aux banlieues en essayant d’instaurer un strict confinement »« .

+ Le Maire appelle tous les salariés dont l’entreprise n’est pas fermée (les « secteurs essentiels » qui n’ont pas été définis) à aller travailler.

19 mars : Plainte d’un collectif de médecins contre Buzyn, déposée à la cour de justice de la république, un tribunal peu sévère.

21 mars : Pénurie de masques. Véran annonce une commande de 250 millions. Il avoue : « Lorsque le Covid-19 est apparu, il ne restait (en France) que 117 millions de masques chirurgicaux et aucun stock stratégique d’État en masque FFP2 » . Il dit aussi qu’il faut tester davantage mais que ça ne mettra pas fin au confinement : « Ce n’est pas sur la base d’un dépistage massif que nous mettrons fin au confinement, mais c’est sur la base d’un dépistage massif que nous pourrions être amenés à accroître notre surveillance une fois le confinement levé« . Au sujet des tests, il affirme : « Nous avons fait jusque-là le choix d’un usage rationnel, raisonnable, raisonné des tests » et dit qu’il faut suivre les symptômes mais sans tester en masse.

+ Les policiers sont autorisés à porter un masque, après avoir menacé de stopper les contrôles de rétention.

22 mars : Véran affirme : « ce que nous savons c’est que la plupart des soignants qui vont contracter la maladie ne vont pas la contracter dans le cadre de leur mission hospitalière, mais en dehors« .

+ La « loi d’urgence sanitaire » est passée dans un Parlement réduit, et permet à macron de diriger le pays par simples ordonnances pendant deux mois.

+ Lancement de l’étude DISCOVERY en France sur les effets de la chloroquine, mais pas sur d’autres médicaments. Démarrage le 24 mars. A Lyon le 1er avril il est question de problèmes d’approvisionnement des molécules nécessaires.

23 mars : Fermeture des marchés en France, alors qu’on apprend le 30 qu’on risque moins d’y être contaminé que dans les grandes surfaces. Amendes majorées.

+ Première réunion en visioconférence de Macron avec des représentants des cultes, francs-maçons et associations laïques. Officiellement, c’est pour leur dire qu’il n’y aura pas de messes à Pâques ni pour les autres groupes religieux et parler des réactions des français au « confinement ». Selon la dépêche AFP, « La réunion comprendra également le secrétaire général de la Fédération nationale de la Libre-Pensée Christian Eyschen, le président du Comité Laïcité République Jean-Pierre Sakoun, le Grand Maître de la Grande Loge de France Pierre-Marie Adam et le Grand Maître du Grand Orient de France Jean-Philippe Hubsch, ainsi que la Grande maîtresse de la Grande Loge féminine de France Marie-Claude Kervella-Boux« . Il y avait aussi les chefs du Droit Humain et de la Grande Loge Nationale de France, pas annoncés par l’AFP.

25 mars : Nouveau virus en Chine, avec un mort dans le Yunnan, appelé Hantavirus. Viendrait des excréments de souris et serait courant.

+ 5 plaintes déposées contre Véran, Buzyn, Philippe depuis le 23 mars, adressées à la commission des requêtes. « Les plaintes ont été déposées par deux associations et trois particuliers pour des faits de mise en danger de la vie d’autrui, ou de non-assistance à personne en danger, ou d’homicide involontaire, ou encore en vertu de l’article 223-7 du code pénal disant que « quiconque s’abstient volontairement de prendre ou de provoquer les mesures permettant, sans risque pour lui ou pour les tiers, de combattre un sinistre de nature à créer un danger pour la sécurité des personnes est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende » » . Un homme victime du virus a aussi déposé plainte.

+ Les cliniques privées disent qu’elles sont « totalement vides ». « La Fédération l’assure, les patients peuvent venir se faire dépister dans les établissements privés. « Il n’y a rien à payer », assure Lamine Gharbi. « Nous pouvons prendre en charge les patients. Vous serez dépistés, vous n’aurez rien à payer, c’est la sécurité sociale qui nous rémunère » En revanche, les hôpitaux privés réclament eux aussi davantage de moyens pour mener ces dépistages. « Il manque des écouvillons, des réactifs, on ne peut même pas dépister la totalité de notre personnel soignant. On se demande comment c’est possible en France », explique le président de la Fédération de l’hospitalisation privée ».

+ Sondage Odoxa pour La Figaro : « 55 % des Français jugent que le gouvernement n’a pas pris la mesure de la gravité de la situation, 69 % estiment qu’il n’est pas clair et 79 % considèrent qu’il ne sait pas où il va (…) 70 % des Français estiment ainsi désormais que le gouvernement ne leur dit pas la vérité et 75 % sont désormais persuadés que le gouvernement n’a pas pris les bonnes décisions au bon moment et surtout parce qu’il n’a pas fait le nécessaire pour bien équiper les hôpitaux et les soignants face à l’épidémie. Tous les Français interrogés (97 %), sont persuadés qu’il y a bien en France une pénurie de masques, et les deux tiers d’entre eux (65 %) estiment que le gouvernement actuel en est responsable« 

26 mars : L’Etat refuse l’aide d’un labo vétérinaire en Indre et Loire capable de réaliser 1000 tests par jour.

+ La Chine termine son confinement. Elle le reprendra en partie peu après.

+ Selon Der Spiegel les personnes de plus de 75 ans ne sont placées sous respirateur en Alsace, seulement en soins intensifs. Des médecins malades non protégés sont au contact des malades.

+ Italie :  des chercheurs s’interrogent sur une arrivée du virus plus tôt qu’en janvier, en raison d’un taux plus élevé que d’habitude de pneumonies sévères ayant nécessité une hospitalisation en Lombardie, dès le dernier trimestre de 2019. « Giuseppe Remuzzi, director of the Mario Negri Institute for Pharmacological Research, in Milan, said some family doctors in Lombardy had reported unusual cases of pneumonia late last year that now looked potentially suspicious. He said among those were several cases of bilateral pneumonia – which means both lungs are affected – in the areas of Gera D’Adda and Crema in late November and December, with high fever, cough, fatigue and difficulty breathing« . Certains experts pensent que le virus était déjà présent en Italie fin janvier, d’autres non. Il est très difficile voire impossible de réaliser des tests sur les personnes décédées.

+ L’Allemagne passe à environ 500.000 tests par semaine. « Un virologue allemand estime que le nombre important de tests effectués peut expliquer pourquoi « l’Allemagne compte si peu de décès par rapport au nombre de personnes infectées ». « 

27 mars : Décret qui dit qu’on ne peut utiliser la chloroquine qu’en fin de traitement alors que normalement c’est au début qu’il faut l’utiliser, selon le Dr Raoult. Une étude sur 24 patients est lancée. Pour l’utiliser dès le début de la maladie, il faudrait tester les gens et ça n’est toujours pas envisagé. Selon Douste Blazy sur LCI, le décret a été changé à la dernière minute pour limiter l’utilisation aux cas sévères alors que la chloroquine n’est plus efficace pour ces patients [1].

+ Véran dit qu’il ne veut pas utiliser la chloroquine maintenant parce qu’il ne veut « pas faire de pari sur la santé des français« . Il a demandé « le déstockage de 36 millions de masques. Ça ne suffira pas sans doute à protéger tout le monde« . 2 millions de tests de sérologie commandés « pour avril ».

+ Philippe annonce que « la vague extrêmement élevée«  de l’épidémie de coronavirus qui « déferle sur la France« , prédisant que « la situation va être difficile pendant les jours qui viennent« . Il a aussi dit qu’on en a pour un bon moment : « Nous nous installons dans une crise qui va durer, dans une situation sanitaire qui ne va pas s’améliorer rapidement. Il va falloir tenir« .

+ Décret « portant création d’un traitement automatisé de données à caractère personnel dénommé « DataJust » » passé discrètement et sans possibilité de contestation. Objectif: « ce décret autorise le ministre de la justice à mettre en œuvre, pour une durée de deux ans, un traitement automatisé de données à caractère personnel, dénommé « DataJust », ayant pour finalité le développement d’un algorithme destiné à permettre l’évaluation rétrospective et prospective des politiques publiques en matière de responsabilité civile et administrative, l’élaboration d’un référentiel indicatif d’indemnisation des préjudices corporels, l’information des parties et l’aide à l’évaluation du montant de l’indemnisation à laquelle les victimes peuvent prétendre afin de favoriser un règlement amiable des litiges, ainsi que l’information ou la documentation des juges appelés à statuer sur des demandes d’indemnisation des préjudices corporels« . Ce décret permettra d’évaluer combien on vaut pour une éventuelle indemnisation. Les algorithmes auront aussi pour objectif d’évaluer les décisions politiques en termes de coûts. Cette démarche est à mettre en parallèle avec la réforme de la responsabilité civile des acteurs économiques qui est en cours, et qui vise à rendre le droit français encore plus « attractif » pour eux en limitant les recours possibles. Le blog Korri sur Slate analyse les nombreux biais du projet DataJust, mis en place suite à un lobbying des assureurs.

28 mars : Philippe annonce que les 2 premières semaines d’avril seront pires que la fin mars.

+ Le Conseil d’Etat rejette 3 demandes de recours en référé :

  • Demande de mesures pour mise à disposition de matériel aux personnels de santé,
  • Demande de mesures pour production de masques, dépistage, administration hydroxychloroquine et azithromycine,
  • Demande de recommandation temporaire d’utilisation pour le Plaquenil

+ Toujours pas de confinement en Allemagne, mais des restrictions : « Si les Allemand·es sont prié·es de rester à leur domicile le plus possible, leurs sorties ne sont pas limitées stricto sensu. Nul besoin d’attestation pour se rendre au travail, faire ses courses, aller chez le médecin, se promener, faire du vélo ou du sport. Les parcs et les espaces verts restent ouverts. Celles et ceux qui louent un petit lopin de terre dans un jardin partagé ont même le droit de s’y rendre quotidiennement pour jardiner. Les couples qui vivent séparément peuvent se voir l’un·e chez l’autre. Il est en revanche interdit de rendre visite à un·e ami·e, mais les rendez-vous en plein air, pour peu qu’ils se déroulent en tête-à-tête, restent tolérés. Les piétons ont enfin à respecter une distance de sécurité de 1,5 mètre dans l’espace public ainsi que dans les supermarchés et les quelques commerces qui sont encore autorisés à accueillir du public –parmi lesquels les ateliers de réparation de vélos, l’usage de la bicyclette étant préconisé afin d’éviter les transports en commun. ». Les lieux publics sont fermés.

+ La Russie présente un nouveau test, plus fiable et rapide, et un médicament pour traiter le virus.

+ Décret sur l’indemnisation du personnel soignant réquisitionné. Ceux qui ne sont pas réquisitionnés, c’est-à-dire la quasi totalité des soignants mobilisés, ne sont pas concernés.

+ Véran annonce des tests, mais limités : «  »La France a passé une commande pour 5 millions de tests rapides qui […] permettront d’augmenter nos capacités de dépistage de l’ordre de 30 000 tests supplémentaires par jour au mois d’avril, 60 000 au mois de mai et plus de 100 000 par jour au mois de juin», a déclaré le ministre de la Santé Olivier Véran, le 28 mars« [2].

+ Arrivée de 5,5 millions de masques depuis Shangai, dont 2,5 millions « commandés par LVMH pour l’Etat », a précisé à l’AFP un porte-parole du géant mondial du luxe, soulignant que ce premier lot s’inscrivait dans une commande de « 10 millions de masques au total, chirurgicaux et FFP2», pour cinq millions d’euros. »

30 mars : 3000 morts officiellement mais les personnes en EHPAD ou mortes chez elles ne sont pas comptées, seulement les morts dans les hôpitaux. On parle de 32000 ou 70.000 morts en Chine.

+ Refus de laisser les labos vétérinaires faire des tests, alors que d’autres pays le font.

+ Le général Richard Lizurey a été désigné pour assister Philippe dans la gestion de la crise. Il a été nommé comme «auditeur » de la gestion de l’épidémie du coronavirus, a annoncé Matignon le 30 mars. Il apportera « un regard extérieur sur la crise, une forme de contrôle qualité de nos décisions »[3].

31 mars : macron annonce l’indépendance pour la fabrication de masques… d’ici à la fin 2020. Il affirme que fin avril on en aura produit 10 millions. Il en faut au moins 25 millions par jour.

+ annonce « une “dotation exceptionnelle de 4 milliards d’euros” allait être faite à Santé publique France pour financer les commandes “en médicaments, respirateurs et masques” destinés à lutter contre l’épidémie de Covid-19.« 

+ « un consortium de quatre grands groupes industriels va construire 10.000 respirateurs d’ici mi-mai pour équiper les hôpitaux« . Consortium mené par Air liquide, avec Schneider Electric, Valeo et PSA !

+ Lancement d’une étude Hycovid, sur l’hydroxychloroquine au CHU d’Angers.

+ Sondage IFOP: « 72% des personnes interrogées estiment que le gouvernement a caché certaines informations« . Peu mentionné dans les médias, ce sondage précise encore : « les Français déplorent un déficit de réactivité de la part des pouvoirs publics : seuls 26% des répondants estiment que le gouvernement a réagi rapidement (-17 points depuis le 15 mars). Parallèlement, dans le contexte de pénuries de masques et de tests, deux tiers considèrent que le gouvernement n’a pas donné les moyens aux professionnels de santé et aux infrastructures pour lutter contre le virus (+20 points depuis le 15 mars)« .

1er avril : Il est question d’un risque de « pénurie de médicaments » à venir contre le coronavirus. France Info explique que « Selon des professionnels du secteur, on estime que 80 à 85% des principes actifs présents dans les médicaments vendus en Europe viendraient de Chine et d’Inde« . Cela en raison de difficultés d’approvisionnement et d’une forte demande.

+ alerte de 9 grands hôpitaux européens sur le risque de pénurie.

+ Une cinquantaine de pays s’apprêtent à mener des études sur l’hydroxychloroquine, selon Sciences et Vie: « Au total, une cinquantaine de pays prévoient de participer à des essais à la méthodologie solide comparant les effets d’une utilisation de la HQ ou de l’HCQ à d’autres, ou à des soins classiques. En particulier par le biais de l’essai géant organisé par l’OMS, Solidarity, sorte de vaisseau-mère qui fournit un protocole d’étude commun, mais adaptable pour que les pays se l’approprient« .

+ Audition de Philippe et Véran par la commission parlementaire, ils n’admettent aucune erreur dans la gestion de la crise.

+ Article Mediapart : « Le nombre de décès dus au Covid-19 est largement sous-estimé. Dans les maisons de retraite, où il n’y a pas encore de décompte officiel, la situation est dramatique. L’exécutif anticipe les risques de saturation des chambres mortuaires« .

+ Philippe « a jugé mercredi « probable » que le déconfinement en France ne se fasse pas « en une fois, partout et pour tout le monde », devant une mission d’information à l’Assemblée nationale« .

+ Alors que macron affirme qu’il n’y a pas besoin de désinfecter les rues et les bâtiments, l’Elysée a été entièrement décontaminé. Il y aurait eu 4 cas à l’Elysée. L’Assemblée nationale et le Sénat ont aussi été décontaminés « par les soldats du 2e régime de dragons de Fontevraud-l’Abbaye, eux aussi, spécialisés dans la lutte contre les attaques NRBC« .

2 avril : Transformation d’un entrepôt de Rungis réfrigéré, réquisitionné par le préfet de police, en morgue pour gérer les morts dans le cadre du coronavirus. Il avait déjà été réquisitionné pour la canicule de 2003.

+ Il y aurait eu 884 décès dans les EHPAD selon le décompte officiel. 4503 morts, 26.000 hospitalisations.

+ Salomon affirme depuis quelques jours que « Il a été scientifiquement confirmé que s’agissant du coronavirus COVID-19, les masques dit chirurgicaux ont une efficacité équivalente à celle des masques spécialisés« . Les FFP2 seront réservés à certains soignants hospitaliers.

3 avril : A Vannes, l’hôpital a testé avec succès l’oxygénation des patients atteints de cas de coronavirus, y compris graves, ce qui a évité de devoir intuber les patients ainsi que la surcharge du service de réanimation. « « C’est une technique en laquelle je crois et que nous utilisons depuis deux ans dans le service pour les pneumopathies. En collaboration avec les réanimateurs, j’ai voulu voir si cela fonctionnait sur les pneumopathies liées au coronavirus », explique le Dr Créac’h Cadec, chef du service de pneumologie du CHBA. « Le but était de retarder l’intubation et de voir si on pouvait ainsi passer l’étape aiguë de la détresse respiratoire », rapporte le quotidien Le Telegramme.

+ Pas d’épreuves du bac cette année, a annoncé Philippe. Les notes obtenues pendant le confinement ne seront pas prises en compte.

+ L’Académie de médecine recommande le port du masque obligatoire pour tout le monde. Masque = n’importe quoi devant la bouche.  » Le port d’un masque « grand public » ou « alternatif » aux masques médicaux en pleine pénurie, devrait être rendu obligatoire pour les sorties pendant la période de confinement et lors de sa levée, a recommandé vendredi l’Académie de médecine. Or, en situation de « pénurie de masques » comme actuellement en France, la priorité d’attribution des masques chirurgicaux ou FFP2 plus protecteurs doit aller aux professionnels et structures de santé souligne l’Académie. Mais elle « recommande que le port d’un masque grand public, aussi dit alternatif, soit rendu obligatoire pour les sorties nécessaires en période de confinement »« .

+ Chiffres officiels : 6507 morts en France dont 1416 en EHPAD. Reste à compter ceux qui sont décédés chez eux.

+ Article de Médiapart sur les EHPAD : « Alors que le gouvernement commence seulement à réagir, à recenser et à dérouter une partie des moyens vers les quelque 11 000 établissements collectifs d’accueil des personnes âgées, la réalité du terrain semble quasiment inchangée. (…) « Oui, il faut les soulager, mais à quel prix ? », s’inquiète Nathalie. Ici aussi, le personnel médical a reçu des fiches indiquant les différents protocoles à suivre en cas d’aggravation de la maladie et de non-hospitalisation, et que Mediapart a pu consulter. »On nous demande de mettre nos patients sous sédation, mais sans respirateur comme à l’hôpital, on va au décès !, s’alarme l’infirmière. On nous dit de gérer, de prendre soin d’eux, mais avec juste un peu d’oxygène et de morphine, comment fait-on ?« .

+ Un chef d’entreprise des Côtes d’Armor s’est procuré des masques du même type que les FFP2 auprès d’un fournisseur chinois, et s’apprêtait à les vendre à prix coûtant au personnel de santé et aux aides à domicile du coin. Les gendarmes sont venus saisir les 850 masques d’il restait et une enquête est ouverte suite à une plainte.

+ Un décret autorise l’usage par les hôpitaux de médicaments vétérinaires sur des patients atteints du coronavirus durant la crise sanitaire, en cas d’impossibilité d’approvisionnement des premiers. Objectif : pallier à la pénurie de médicaments, en utilisant les mêmes principes actifs. Apparemment il s’agira de patients en réanimation. Selon le magazine Capital, « Dans un communiqué diffusé il y a quelques jours, l’Agence nationale du médicament vétérinaire (ANMV) révélait que “d’assez nombreux vétérinaires [avaient été] sollicités en direct par des hôpitaux pour leur fournir des médicaments vétérinaires en vue de leur utilisation sur des patients”, depuis le début de la crise sanitaire. Anticipant le décret publié ce vendredi, l’agence assurait également que “les réquisitions ne concerneraient que les stocks de médicaments disponibles auprès des industriels pharmaceutiques vétérinaires. Les stocks disponibles chez les vétérinaires praticiens et les distributeurs en gros vétérinaires restent quant à eux réservés à la médecine vétérinaire”. »

+ une pharmacienne qui avait vendu des masques sur ordonnance alors qu’un décret vient de l’interdire a été condamnée à 4 mois de prison avec sursis et 10.000 euros d’amende. La peine peut aller jusqu’à 6 mois fermes.

4 avril : Le gouvernement affirme désormais que le port du masque est utile pour le grand public, afin de se protéger du virus. « Lors de son audition mercredi, Edouard Philippe avait pourtant fait part de son scepticisme sur l’utilité des masques. Le directeur de l’OMS pour les programmes d’urgence « dit qu’il n’y a pas de preuve que le port du masque dans la population apporterait un bénéfice. Ce serait même plutôt le contraire, à cause d’une mauvaise utilisation », avait-il alors rappelé ».

+ Selon un article de Marianne, « Les experts-médecins des conseils scientifiques chargés d’éclairer Emmanuel Macron pendant la crise du coronavirus ont touché 450.000 euros des firmes pharmaceutiques ces cinq dernières années (…) Largement en tête des firmes les plus généreuses, on retrouve l’Américain Merck Sharp and Dohme (MSD) et le Suisse Roche, deux laboratoires en pointe dans la recherche contre le coronavirus (…)  En 2018, les industriels pharmaceutiques ont ainsi versé quelque 1,36 milliard d’euros d’avantages aux professionnels de santé, a révélé une enquête de la presse quotidienne régionale.».

+ Véran explique que près de 2 milliards de masques ont été commandés à la Chine.

+ Selon certaines études récentes citées par l’Académie américaine des sciences, le coronavirus pourrait se transmettre simplement en respirant, par l’air expiré. Le Parisien rapporte : « Des chercheurs de l’université du Nebraska ont retrouvé des portions du code génétique du virus (ARN) dans l’air de chambres où étaient isolés des patients. Une autre étude menée par des chercheurs de l’université de Hong-Kong a observé que le port de masques réduisait la quantité de coronavirus expirés par des malades (l’expérience a été faite avec des virus autres que SARS-CoV-2) ». Des études qui semblent confirmer « l’hypothèse de l’aérosolisation du virus lors de la respiration » selon l’Académie des sciences US.

+ Le CHU d’Amiens qui devait tester la chloroquine dans le cadre de l’essai Discovery doit repousser le protocole faute d’avoir assez de médicaments.+ Le tribunal administratif de Guadeloupe avait le 26 mars, via un référé-liberté, « fait droit aux demandes d’injonction du syndicat UGTG adressées au centre hospitalier universitaire de Pointe-à Pitre Abymes et à l’Agence régionale de santé de commander des tests de dépistage du covid 19 et, plus surprenant encore, des doses nécessaires à son traitement par l’hydroxychloroquine et l’azithromycine en quantité suffisante pour répondre aux besoins de la population », explique un blog juridique. Le Conseil d’Etat a annulé cette ordonnance le 4 avril. Depuis, d’autres juridictions ont refusé des recours pour les mêmes motifs (dépistage systématique, chloroquine, port de masques).

5 avril : Une entreprise américaine dirigée par un français, Moderna Therapeutics, affirme qu’elle pourra commencer à vacciner les soignants à l’automne: « Nous avons lancé le 16 mars avec les National Institutes of Health (NIH), les homologues américains de l’Inserm, une étude clinique de phase 1 auprès de 45 personnes à Seattle. Nous testons trois doses différentes administrées en deux injections à trois semaines d’écart. La deuxième injection de ce vaccin nommé mRNA-1273 aura lieu cette semaine« , explique le patron, Stéphane Bancel, au Figaro. 

+ La mairie de Marseille valide la mise en place de tests Covid-19 dans les mairies de secteur.

+ Une étude auprès de 6.200 médecins de 30 pays montre qu’en moyenne, 30% des médecins de pays étrangers prescrivent de l’hydroxychloroquine à leurs patients atteints du coronavirus, contre 20% en France. « Les médecins ont-ils décidé de passer outre les recommandations de prudence scientifique vis-à-vis de l’hydroxychloroquine ? Oui, mais pas partout, semble montrer une étude américaine internationale conduite par Sermo , une communauté d’échange d’informations entre médecins qui revendique 800.000 adhérents dans le monde », explique l’article des Echos, « s’ils prescrivent majoritairement des analgésiques (à 56 %) pour traiter les symptômes de la maladie, 41 % des médecins font confiance à l’azithromycine et 33 % à l’hydroxychloroquine ». Au sujet de l’efficacité : « Les enquêteurs de Sermo ont également demandé aux médecins lesquels des médicaments qu’ils avaient prescrits ont été les plus efficaces. Globalement 37 % ont pointé l’antipaludéen ».

6 avril : 2000 à 2200 personnes uniquement dans les Hopitaux de Paris (APHP) ont été testées positives au coronavirus, mais peu de tests sont effectués. Certaines sont guéries. Nous en sommes à 9.000 morts (+833 en 24 h), mais toutes les personnes décédées en EHPAD n’ont pas encore été comptabilisées, ni les personnes décédées à domicile. Pour rappel : « Jeudi dernier, enfin, le directeur général de la santé Jérôme Salomon a donné la première estimation du nombre de ces décès oubliés : « Au moins 884 personnes ». Dès le surlendemain, ce bilan quotidien, et encore incomplet, a bondi à 2 189 décès, qui viennent s’ajouter aux 5 889 personnes mortes du Covid à l’hôpital », selon La Provence. Il n’y a toujours pas de tests de dépistage dans les EHPAD.

+ Dans une interview au Parisien, le Dr Jean Lang, associé de Sanofi Pasteur et responsable de l’unité santé publique, explique qu’un vaccin pourrait être disponible dans deux ans. « Le groupe pharmaceutique Sanofi Pasteur est l’un des leaders mondiaux dans le domaine du vaccin, avec des sites de production dans la région lyonnaise, à Marcy-l’Etoile (Rhône), sur les unités de production de BioMérieux, et des équipes présentes aux Etats-Unis« , rappelle Le Parisien. Sur le vaccin en développement, Lang précise : « Nous avions développé un candidat vaccin contre le SARS-CoV-1, lorsque cette première épidémie est apparue en Chine, entre 2002 et 2004. Il n’a pas été développé jusqu’à son terme, et n’a pas été validé à l’époque par les autorités sanitaires, notamment parce que le SARS-CoV-1 était en train de reculer, et son bénéfice risque devenait défavorable. Mais cela reste une base de travail intéressante, car les deux virus ont 75 % d’homologie. D’autre part, nous avons développé une autre approche dans la conception des vaccins contre le SARS, avec le rachat par Sanofi de la société de biotech américaine Protein Sciences en 2017. Cela nous permet de maîtriser la technologie de la « protéine recombinante », validée par les autorités sanitaires« .

+ Le gouvernement autorise les laboratoires à réaliser des tests de coronavirus sous réquisition. L’objectif serait d’en réaliser 50.000 par jour « d’ici la fin avril ».

+  Véran a annoncé la mise en place d' »une vaste opération de dépistage des personnes les plus vulnérables« . Le ministre de la Santé a annoncé vouloir mettre la priorité sur les personnes âgées, dans les Ehpad. Il s’agit de « tester tous les résidents et tous les personnels à compter de l’apparition du premier cas confirmé (…) au sein de l’établissement ». Toujours pas de nouvelles de cette « campagne » le 13 avril.

7 avril : Le groupe PCF à l’Assemblée utilise son droit de tirage pour demander une commission d’enquête parlementaire « visant à identifier les dysfonctionnements dans la gestion sanitaire de la crise ». Selon 20 Minutes, ces députés « disent craindre que la mission d’information parlementaire en cours ne soit une opération « d’enfumage » (…) La mission d’information présidée par Richard Ferrand (LREM), qui a lancé ses travaux la semaine dernière, a vocation à se transformer en commission d’enquête au « retour à la normale », avec pour rapporteur général un député LR. Mais, a expliqué André Chassaigne, « dans la mesure où aujourd’hui, on n’a pas de commission d’enquête mais une simple mission d’information, je ne vois pas les arguments qui pourraient être avancés pour qu’il y ait rejet de notre commission d’enquête ». ».

+ La RATP va distribuer des masques à ses agents.

+ A l’Assemblée nationale, Philippe a déclaré que « Aujourd’hui c’est l’heure du confinement et l’heure du confinement va durer » et que les discussions sur le déconfinement sont « très largement prématurées« .

+ Les 2 milliards masques commandés à la Chine n’arriveront que fin juin, selon Jean-Yves Le Drian.

+ De nouveaux symptômes liés au coronavirus ont été identifiés par les médecins: des lésions cutanées.

+ Du chlore est rajouté en quantité dans l’eau potable, dans plusieurs régions, car le débit est réduit et l’eau resterait plus longtemps dans les canalisations. Selon France Info, « L’utilisation de chlore au niveau du traitement de l’eau est une recommandation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ainsi que des Agences régionales de santé (ARS). Il sert de manière générale à rendre potable l’eau prélevée dans la nature, et protège l’eau traitée de tout risque de contamination durant son voyage dans les canalisations jusqu’à votre robinet (…) Enfin, selon la Société des eaux de l’Ouest parisien (SEOP), « l’augmentation du chlore dans l’eau du robinet assure, avec du savon, un lavage efficace des mains ou encore des fruits et légumes, et donc un moyen simple de prévenir la propagation du coronavirus. »« . D’un autre côté, certains départements comme les Yvelines ou les Hauts-de-Seine, l’adoucissement de l’eau a été suspendu pendant la crise. En Bretagne, le taux de chlore est passé de 0,2 ou 0,3 mg/L à 0,5.

+ Plusieurs villes, comme Sceaux, Nice ou Cannes, imposent à tout le monde le port d’un masque pour sortir dans l’espace public. A Nice, la mairie va fournir des masques lavables et réutilisables pendant un mois et aux normes à chaque habitant. Dans d’autres villes, les recommandations sont de se couvrir le nez et la bouche. La ville de Paris dit qu’elle fournira 2 millions de masques.

+ L’Etat réquisitionne sans concertation des masques commandés par les régions. 2 millions sur les 4 millions de masques commandés par la région Grand Est ont été pris par l’armée sur le tarmac de l’aéroport. La préfète du Grand Est a annoncé : « Après une première commande de 2 millions de masques, l’État a réceptionné hier à Euroairport 4 millions de masques destinés au #GrandEst. Les masques seront répartis dans les 10 départements grâce à un circuit de distribution organisé« 

+ Salomon dit lors de son point presse quotidien que les capacités de l’hôpital français sont « saturées » et que le confinement strict doit durer.

+ Poutine annonce que la Russie va tester des vaccins sur les humains à partir du 29 juin.

+ Levée du confinement à Wuhan, les habitants peuvent quitter la ville après avoir fait un test médical. Ils en étaient empêchés depuis le 23 janvier.

+ Alors qu’on passe la barre des 10.000 décès officiels, il n’y a toujours pas de protection pour le personnel médical, ni en EHPAD ni dans les hôpitaux. Quand du matériel arrive, comme les blouses, elles tombent en lambeaux. « Les hôpitaux font face à une pénurie de surblouses de protection d’une ampleur nationale. Les besoins actuels liés à la crise n’avaient pas été anticipés, ce qui oblige le personnel soignant à recourir à des sacs-poubelle, des blouses de désamiantage ou même à lancer ses ateliers couture« , explique Médiapart. Il n’y a plus de producteur de surblouses uniques en France. Selon la Direction générale de la santé (DGS), le ministère de la santé a commandé, fin mars, « plus de 5 millions de surblouses auprès de différents fournisseurs pour répondre aux besoins des soignants ». Ces commandes ont « vocation à constituer le stock national stratégique à partir duquel le ministère de la santé complète l’approvisionnement des établissements de santé, qui disposent de leur propre canal d’approvisionnement »

+ France Inter s’interroge : où sont passés les AVC? « Des accidents vasculaires cérébraux, il s’en produit, en temps normal, quelque 12 000 par an, un AVC toutes les 4 minutes en France. Et pourtant, depuis 3 semaines, on ne les voit plus. Idem pour les infarctus du myocarde (10 000 par an), qui semblent curieusement eux aussi devenus rares depuis la mi-mars« . Il est probable que certains patients hésitent à contacter un médecin, que la baisse d’activité réduit le nombre d’infarctus, mais il n’y a pas de raison que les AVC aient disparu: « Dans les hôpitaux parisiens, en tout cas, on constate bel et bien pour les AVC une diminution des cas d’admissions aux urgences d’environ 50%. À l’hôpital du Kremlin Bicêtre, en région parisienne, le Professeur Laurent Spelle reconnait qu’il est un peu au chômage technique depuis trois semaines. Il dirige le service de neuro-radiologie interventionnelle (en gros, en passant par l’aine, il enlève les caillots qui bouchent l’artère cérébrale en cas d’AVC), et c’est un fait : son service est beaucoup moins occupé depuis la mi-mars. Pas une seule intervention d’urgence la semaine dernière« .

8 avril : Sur BFM (direct BFM Story, 18h45), un médecin explique qu’en raison du « contexte sanitaire actuel« , certains patients âgés ne sont pas traités et envoyés en soins palliatifs « parce qu’il y a trop de tension en réanimation, et donc on fait une forme de tri« .

+ Le « pic » de l’épidémie ne serait pas atteint, et Philippe parle de « plateau », par conséquent le « confinement » (annoncé jusqu’au 15 avril) devra « durer quelques temps encore« . Selon le ministère de la Santé, « Nous ne sommes qu’à la phase ascendante même si elle ralentit un peu, donc aborder le déconfinement aujourd’hui n’a aucun sens« .

+ L’hôpital serait passé de 5.000 à 10.000 lits en réanimation, selon Philippe, qui affirme que les entrée en réanimation sont en baisse.

+ Démission du directeur du Centre européen de la recherche, Mauro Ferrari, qui avait pris ses fonctions en janvier 2020, « déplore de trop nombreux blocages institutionnels et politiques dans la gestion de la crise liée au coronavirus« , selon Le Monde. Dans un communiqué, Ferrari explique qu’il pense que « la priorité est maintenant de stopper la pandémie« . Sa proposition de mettre en place un vaste plan de lutte contre le coronavirus a été refusée « unanimement » par la direction du Centre et des guerres de clocher ont pris le dessus. Il déplore le manque de coordination des Etats, « la récurrente opposition aux initiatives de soutien financier cohérentes« , et dit avoir « perdu foi dans le système en lui-même« .

+ Chine : Disparition d’Ali Fen, médecin qui avait tenté d’alerter sur l’ampleur du coronavirus: « La cheffe des urgences de l’Hôpital central de Wuhan, en Chine, a donné une interview début mars dans laquelle elle affirmait qu’on avait essayé de la faire taire alors qu’elle voulait alerter contre le coronavirus. Depuis, elle aurait disparu« . Le 30 décembre 2019, à 16 h, elle avait déclaré avoir tout de suite compris que ce virus était « terrible ». En prévenant d’autres médecins, elle est allée à l’encontre des ordres de Pékin qui lui imposaient de se taire.

+ EHPAD: Un article de Médiapart évoque l’opacité des informations communiquées aux familles des résidents d’EHPAD, qui ne sont pas prévenues de la situation de santé de leurs parents, parfois jusqu’au décès des personnes. « Dans ce flot de témoignages reçus par Mediapart, le groupe privé Korian, numéro un du secteur des Ehpad, est particulièrement critiqué pour sa gestion opaque de la maladie et des décès. Car si les trois cents Ehpad du groupe en France ne sont pas tous soumis au même régime, dans certains établissements, même en dehors des gros foyers d’infection comme le Grand Est ou l’Île-de-France, c’est l’hécatombe« , mentionne le journal, qui relate divers témoignages sur cette opacité.

+ Selon Gala, Macron aurait « ordonné » de tester la Chloroquine selon le protocole de Raoult, c’est-à-dire dès le début des symptômes et combinée avec un antibiotique. « Emmanuel Macron aurait « intimé l’ordre de tester de toute urgence le protocole Raoult, tel que celui-ci l’applique à Marseille », a dévoilé Le Canard Enchaîné, dans son édition du 8 avril 2020. Son ministre de la Santé Olivier Véran, chargé de calmer la tempête, aurait demandé aux hôpitaux universitaires de Montpellier et d’Angers d’expérimenter le procédé mis en place par l’infectiologue marseillais. Une urgence justifiée : la France a franchi ce 7 avril le cap des 10 000 décès liés au Covid-19« , explique le magazine. Mais, le CHU d’Angers qui mène l’étude Hycovid sur l’hydroxychloroquine seule et sur des patients avec des cas graves dit ne pas être au courant d’une obligation de suivre le protocole de Raoult. « Pour preuve, les modalités de l’étude Hycovid lancée par le CHU d’Angers avec le concours de 36 centres hospitaliers de France, différentes de celle du Professeur Raoult« , précise le CHU d’Angers.

9 avril : l’essai clinique d’une solution issue du sang d’un ver marin, développée par Hermarina, une start-up Bretonne, est stoppé au dernier moment. Il devait avoir lieu au AP-HP, mais a été annulé en raison, selon le gouvernement, de tests négatifs sur des porcs. Selon Médiapart, « La société Hemarina assure que l’étude de 2011, au cours de laquelle des porcs avaient été victimes d’« un modèle particulier de choc hémorragique létal », « portait sur un produit non pharmaceutique totalement différent du produit actuel », baptisé M101« .

+ Macron est allé à Marseille voir le Dr Raoult. Il a aussi décalé le discours qu’il devait faire à la télé ce soir, le repoussant à lundi.

+ Les résultats de l’essai Discovery sont décalés : Challenges explique que « Pour l’essai Discovery, qui devait notamment être présenté à Emmanuel Macron jeudi matin à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre et qui porte sur quatre traitements possibles, les premières tendances ne sont pas attendues avant fin avril« .

+ Un sondage montrerait que les 77% des personnes interrogées pensent que Macron leur a menti au sujet des masques et 73% estiment que le gouvernement « n’a pas fait ce qu’il fallait pour équiper les soignants et les hôpitaux« . Ils 72% à demander que le masque soit rendu obligatoire dans toutes les communes de France.

+ Castaner impose aux maires qui ont rendu le port d’un masque obligatoire dans l’espace public de retirer leurs arrêtés « pendant toute la période du confinement« . Les villes de Royan et Sceaux sont concernées, d’autres villes s’apprêtaient à le faire. Il affirme notamment, selon Le Figaro, que cela contreviendrait à «l’égalité territoriale», «parce que certaines communes peuvent avoir les moyens d’équiper l’ensemble de leur population en masques, quand d’autres ne l’auraient pas».

+ Selon le Parisien, macron « planche«  sur un « très grand discours de la refondation« , pour nous indiquer ses priorités du monde de demain. Il devait faire son discours mercredi 8 ou jeudi 9 initialement, puis Le Parisien parle de lundi 13. « « Une nouvelle ère », « une refondation », « sur le modèle du Conseil national de la Résistance en 1945 », murmurent les happy few dans la confidence« , relate le journal. 

10 avril : Le nombre de décès par pays, pour 1 million d’habitants, au 10 avril. La France est en 4 position (187 décès/1 million d’habitants, plus de 13.200 décès), derrière l’Italie (302/1 million) et l’Espagne (326/1 million), et proche de la situation Belge (218/1 million).

+ On en sait un peu plus sur la visite surprise de Macron à Marseille le 9 avril. Le Pr Didier Raoult lui a présenté les derniers résultats d’une étude sur 1.000 patients. Ce qui n’a pas empêché un certain nombre médias à diffuser des prises de position contre la méthodologie de cette étude les effets de la Chloroquine. Selon Didier Raoult, l’IHU de Marseille peut analyser 4000 prélèvements sanguins par jour.

+ Interview de Annie Thébaud-Mony, directrice de recherche à l’Inserm et spécialiste des questions de santé au travail, par Bastamag : « pour les maladies infectieuses, il faut dépister, isoler et traiter, on sait cela depuis très longtemps (…) La carence de réactifs, qui manqueraient selon le gouvernement pour fabriquer des tests, est une explication qui ne me satisfait pas. Nos dirigeants avancent là une raison technique, alors qu’ils ont clairement fait un choix stratégique : le choix de ne pas tester. Les laboratoires privés et les laboratoires vétérinaires ont dit très tôt qu’ils pouvaient se mobiliser pour fabriquer des tests. L’État aurait aussi pu réquisitionner Sanofi et d’autres entreprises pharmaceutiques. On aurait eu très rapidement les millions de tests dont nous avons aujourd’hui tellement besoin, notamment pour protéger nos soignants« .

+ L’OMS met en garde contre une « résurgence mortelle » du virus en cas de « déconfinement » trop rapide. Le n°1 de l’OMS a ajouté: « Le reflux [de la pandémie] pourrait être aussi mortel que sa propagation s’il n’est pas géré convenablement ». Selon 20 Minutes, l’OMS « consulte les pays concernés pour élaborer des stratégies de déconfinement progressif et sûr« . Il y a 6 conditions au déconfinement : « contrôler la transmission du virus, assurer l’offre de santé publique et de soins, minimiser le risque dans des environnements exposés comme les établissements de santé de longue durée, mettre en place des mesures de prévention au travail, dans les écoles et d’autres lieux fréquentés, contrôler le risque de cas importés et enfin responsabiliser les populations« .

+ Hidalgo propose de conditionner le « déconfinement » à Paris à l’obtention d’un « certificat d’immunité » obtenu après dépistage du coronavirus pour vérifier l’immunité.

+ Finalement, et contrairement à ce qu’il avait affirmé devant la commission parlementaire de suivi du virus mercredi 8 avril, Castaner avoue à un média local que des masques ont bien été pris à une région qui les avait commandés, lors de leur livraison « La manœuvre opérée a pris la forme d’une réquisition. Sur le fond, il s’agit d’une affectation prioritaire des masques organisée par l’Etat, au profit de ceux dont nous considérions qu’ils en avaient le plus besoin : les personnels de santé« .

+ Les autorités taiwanaises affirment avoir prévenu l’OMS dès la fin décembre de la transmission inter-humaine du coronavirus. Washington confirme, et accuse l’OMS d’avoir aidé la Chine à dissimuler l’ampleur de l’épidémie. la diplomatie US déclare : « Nous sommes aussi profondément troublés par le fait que les informations de Taïwan n’aient pas été partagées avec la communauté sanitaire mondiale, comme le reflète la déclaration de l’OMS du 14 janvier 2020 selon laquelle il n’y avait pas de preuves d’une transmission entre humains« . L’OMS dément avoir reçu et négligé une information dans ce sens.

+ Affaire du Rivotril: on apprend que deux requêtes en référé-liberté ont été déposées auprès du Conseil d’Etat, suite au décret permettant de prescrire du Rivotril aux patients non hospitalisés dont on suspecte qu’ils sont atteints du coronavirus:

  • L’une portée par un membre du Conseil économique et social, deux pharmaciens, un citoyen dont la mère, victime du Covid-19, est hospitalisée, ainsi que par trois députés, dont le Costarmoricain Marc Le Fur (LR),
  • L’autre par le syndicat Jeunes Médecins qui demande la suspension de la mesure : « L’administration de cette molécule (contre-indiquée en cas d’insuffisance respiratoire) à un patient souffrant du Covid-19 aura pour effet d’atteindre une sédation terminale à domicile entraînant le décès », dit le syndicat, qui ajoute que la collégialité n’est pas suffisamment encadrée par ce décret. 
  • Enfin, l’Espace éthique de la région Ile-de-France a adressé une saisine au Comité consultatif national d’éthique (CCNE), pour qu’il « émette une position à ce sujet et précise les principes éthiques qui s’imposent à cet égard dans cette situation exceptionnelle »

+ Selon un sondage IFOP pour le consortium Coconel (Coronavirus et confinement, qui étudie l’épidémie), 26% des français refuseraient de se faire vacciner si un vaccin était présenté. C’est même 39% pour la tranche d’âge 26-35 ans. Autre élément intéressant : « Un tiers environ des employés et des ouvriers le refuseraient aussi, alors que, chez les cadres et professions intellectuelles supérieures, le taux de refus n’est que de 16%« .

+ Au moins 3.000 personnes du corps médical ont été contaminées. Mais tout le monde loin de là n’a pas été testé. A Lyon, sur environ 1580 personnes testées, 478 étaient positives, et « En début de semaine, Martin Hirsch, directeur général de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, avait indiqué qu’environ 2200 soignants avaient été infectés depuis le début de la crise. Quatre d’entre eux étaient hospitalisés en réanimation lundi« , selon Actu Soins.

11 avril : Le nombre de décès en Auvergne Rhône-Alpes est de 721 en hôpital et 375 en EHPAD, mais tous les décès en EHPAD n’ont probablement pas encore été signalés, et les personnes décédées à domicile ne sont pas prises en compte. Le rapport serait d’environ 2/3 – 1/3. « 3863 cas de coronavirus ont été signalés chez les résidents des EHPAD et 1606 parmi le personnel« , selon Lyon Capitale. 

+ Le bilan quotidien de Salomon ne prend toujours pas en compte les personnes décédées à domicile. Le 11, il annonce 13.838 décès liés au coronavirus, dont 4.889 en EHPAD. Les personnes qui sont décédées hors hôpital et hors EHPAD ne sont pas comptabilisées car il n’y a pas de tests ports-mortem. En mars 2020, la mortalité aurait augmenté de 9,8% par rapport à mars 2019.

+ Selon William Dab, ex directeur général de la Santé de 2003 à 2005, « La seule mesure de prévention est en réalité le confinement généralisé assorti de recommandations d’hygiène. Autrement dit, on fait peser sur la population la totalité des efforts de prévention« . Il ajoute : « On ne dit pas clairement à la population quand les masques et les tests arriveront. Si on ne le sait pas, il faut le dire. Aucun déconfinement n’est envisageable sans ces outils. De même, quand les soignants seront-ils enfin correctement protégés? On n’entend pas la réponse« .

+ Trois médecins de Moselle ont testé avec succès un traitement à base d’azithromycine, sans chloroquine: « On a réfléchi ensemble à des alternatives thérapeutiques en se disant que par rapport à l’hydroxychloroquine, on allait rester prudent. Le professeur Raoult parle d’une association entre l’hydroxychloroquine et l’azithromycine. Or, ce dernier médicament (…) stimule une réaction antivirale alors que ce n’est pas un antiviral, et il a une action anti-inflammatoire pulmonaire ». Le journal L’Est Républicain précise : « À l’azithromycine, Jean-Jacques Erbstein a allié le Singulair, une molécule utilisée dans le traitement de l’asthme pour son action anti-inflammatoire. « Ensuite, on a pensé à incorporer du zinc dans le protocole pour renforcer l’action de l’azithromycine », poursuit le médecin. Puis, en dernier lieu, afin de juguler les complications de type phlébite et embolie pulmonaire, il a été ajouté au protocole une injection quotidienne d’un anticoagulant, l’héparine, à « dose préventive ». » Le médecin ajoute que depuis qu’ils appliquent ce traitement ds le début de la maladie, il n’y a plus eu d’hospitalisation.

12 avril : « En attendant l’organisation d’une campagne nationale de dépistage, le Conseil départemental du Haut-Rhin prend les devants. Il va réaliser des tests sérologiques dans des Ehpad à partir du mardi 14 avril« , annonce France Bleu. Dans un premier temps, ces tests seront réalisés dans une dizaine d’EHPAD volontaires.

+ Selon Van Der Leyen, présidente de la commission européenne, si on n’a pas de vaccin d’ici là, il faudra maintenir le « confinement » des personnes âgées, notamment celles qui sont en maison de retraite. « Les enfants et les jeunes jouiront plus tôt de davantage de liberté de mouvement que les personnes âgées et celles avec des antécédents médicaux« , dit-elle encore.

+ Marisol Touraine, ministre de la Santé sous le mandat d’Hollande, affirme que lorsqu’elle a quitté son poste en mai 2017, il y avait 750 millions de masques en stock. En mars 2020 il n’en restait plus que 117 millions (et aucun FFP2). Elle ajoute : « Donc on ne peut pas dire que c’est pendant ces cinq années où j’ai été ministre que les stocks n’ont pas été maintenus« .

13 avril : Sondage pour Les Echos et Radio Classique (qui appartient à LVMH): 93% des personnes interrogées pensent que , l’exécutif doit garantir « l’autonomie agricole de la France » et 92% qu’il doit prendre des mesures pour « la relocalisation des entreprises industrielles françaises« . Plus inquiétant, mais la question est complexe, 76 % estiment qu’il devrait « donner une nouvelle impulsion pour que l’UE ait plus de pouvoirs en cas de nouvelle crise« .

+ 28 recours ont été déposés (mais pas encore examinés par la commission des requêtes) contre le gouvernement à la cour de justice de la République, un tribunal créé en 1993 (avec les lois sur le financement des partis) pour traiter [5] les cas de politiciens pendant l’exercice de leurs fonctions. L’objectif était de leur éviter d’être jugés par un tribunal. Plusieurs ministres (Véran, Buzyn, Belloubet, Castaner) et Philippe sont visés par ces plaintes. Ils ne risquent pas plus de 3 ans de prison et 45.000€ d’amende en cas de condamnation pour les motifs invoqués dans les plaintes (mise en danger de la vie d’autrui, homicide et blessures involontaires, non-assistance à personne en danger ou s’être abstenus de prendre à temps des mesures pour endiguer l’épidémie).

13 avril : En Corée du Sud, des patients déjà contaminés par le coronavirus ont été à nouveau testés positifs quelques jours quelques jours après leur guérison. La chef de la diplomatie a ajouté que 600 000 kits de tests de dépistage allaient être livrés aux Etats-Unis.

+ « Déconfinement » : 80 experts de l’Institut Santé, un lobby qui se décrit comme « un organisme de recherche dédié à la refondation de notre système de Santé« , ont remis à macron un « plan de sortie de criseRecommandations stratégiques« , qui propose un début de processus de « déconfinement » à partir du 4 mai pour « l’ensemble de la population » avec « des règles différentes selon l’état immunitaire des personnes« , et basé sur un dépistage massif. Le préambule interroge : « Comment allons-nous organiser la réouverture des entreprises, des écoles, des universités, des lieux publics après le pic épidémique du Covid19 ? La vie sociale va-t-elle redevenir comme avant ?« . Le collectif estime que « nous sommes sur un temps long de sortie de crise (qui se compte en mois plutôt qu’en semaines)« .

+ Estrosi fait atterrir à Nice 25 tonnes de matériel médical commandé en Chine pour le CHU de Nice, dont 450.000 masques FFP2. Ses contacts ont certainement été utiles, et il a remercié tout le monde : « Je tiens à remercier chaleureusement le Ministre français des Affaires Etrangères, le Ministère du Commerce chinois, les Ambassades, & Consulats généraux français et chinois dont la réactivité et le professionnalisme ont rendu possible l’acheminement de cette commande. »

+ Bill Gates annonce qu’il veut lancer une « stratégie globale » avec les Etats des pays riches pour vacciner 7 milliards de personnes. Il a investi 250 millions de dollars dans la recherche de traitements et de 7 vaccins. A cette occasion, une grande campagne de communication est menée en parallèle, pour dénoncer les attaques contre Gates.

+ La France serait « championne » des essais cliniques en Europe (3e mondiale) dans le cadre du coronavirus: 45 sont en cours, et les procédures pour leur mise en place a été accélérée. « Cependant, « quand on s’intéresse uniquement aux acteurs du privé, la France est en quatrième position, derrière l’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Espagne », détaille au Parisien le médecin Denis Comet, président de l’AFCROs. Ce retard dans la recherche d’initiative industrielle est donc compensé par le secteur public, qui propulse le pays en première position au niveau européen« , précise Le Parisien.

+ L’INSERM, qui a publié un document intitulé « Expected impact of lockdown in Île-de-France and possible exit strategies » le 12 avril, préconise un « déconfinement », en mai ou en juin

14 avril : Contrairement à ce qu’a affirmé Castaner, le « plan » de sortie du confinement ne sera pas présenté « d’ici 15 jours« , mais « largement avant le 11 mai« , selon Philippe. Nous en sommes officiellement à 15.729 morts en France, sans compter les personnes décédées à domicile ni toutes les personnes décédées en EHPAD. Macron a dit que les personnes âgées devront rester confinées pendant des mois, mais n’a pas fixé d’âge ni de ritères pour déterminer qui est une « personne âgée ».

+ Il n’y aura pas de tests massifs de la population, c’est confirmé. Seuls ceux qui ont « des symptômes » seront testés. Des masques « grand public » devraient être fournis ou vendus, ce n’est pas clair. Ces masques « lavables et réutilisables » sont actuellement en fabrication par plusieurs entreprises françaises.

+ Trump déclare qu’il cesse les versements des Etats-Unis à l’OMS. L’année dernière, cela représentait 22% du budget de l’OMS.

+ Les EHPAD s’inquiètent du manque de tests de dépistage pour diagnostiquer les personnes âgées. « La semaine dernière, le ministre de la Santé Olivier Véran avait annoncé une «vaste campagne» de dépistage massif du coronavirus dans les maisons de retraite, mais «nous attendons toujours le protocole de test» élaboré par les autorités sanitaires, a souligné lors d’une conférence de presse téléphonique la déléguée générale du Synerpa [syndicat des maisons de retraites privées] », rapporte La Croix. Dans certaines régions, les agences régionales de santé (ARS) « préconisent que, si un résident présente des symptômes dans un établissement encore exempt de toute contamination, cette personne soit la seule testée dans son Ehpad« .

+ Le même jour, l’ARS d’Ile-de-France annonce qu’elle va lancer un grand plan de dépistage dans les EHPAD de la région. 2500 puis jusqu’à 5.000 tests devraient être réalisés tous les jours, mais uniquement dans les établissements déjà touchés par le covid-19. Selon le Parisien, « Il s’agissait aussi de s’assurer que «l’accès aux tests puisse se faire selon une répartition égalitaire de l’effort», précise la préfecture d’Ile-de-France qui insiste sur la « situation de grande tension et de fragilité » des 700 ehpad de la région« . Une partie du personnel est en arrêt maladie, et 1.000 médecins, soignants et personnels administratifs issus de l’enseignement, de la réserve sanitaire ou des libéraux ont été appelés en renfort.

+ Dans une vidéo, Didier Raoult évoque les très bons résultats de l’IHU de Marseille sur les patients atteints de coronavirus (plus de 3000 personnes traitées, dont 2.600 avec la combinaison d’hydroxychloquine et d’azithromycine, et dix décès), la politique de dépistage massive menée depuis plusieurs semaines, et explique que l’épidémie « est en train de disparaître » de Marseille, et est repris par l’ARS qui estime prématuré de parler « fin ».

Didier Raoult a aussi répondu au journal Le Monde, qui l’a accusé deux jours plus tôt d’avoir des liens d’intérêt avec SANOFI, producteur de la chloroquine en France. Il n’y a aucun lien d’intérêt avec Sanofi, a précisé Raoult. L’auteur du papier du Monde écrivait par exemple que « L’engouement pour l’hydroxychloroquine est même, à certains égards, presque aussi inquiétant que la maladie qu’elle est supposée soigner, et qu’elle ne soigne probablement pas« , ou encore que « il est déjà certain que la communication outrancière autour de la chloroquine et ses dérivés a jusqu’à présent été fortement délétère« , et de citer pèle-mêle, des « achats de masse qui risquent de priver de ce produit des malades qui en ont vraiment besoin« , d’hypothétiques « comportements d’automédication mortifères » (seul un cas ou deux aux Etats-Unis ont été rapportés à grand bruit dans les médias français). « Quant à l’administration d’hydroxychloroquine aux malades du Covid-19, elle a jusqu’à présent provoqué en France une cinquantaine d’accidents cardiaques graves, dont sept arrêts du cœur et la mort d’au moins quatre patients, selon les données de la pharmacovigilance« . 

+ Une étude de l’université de Harvard dit que les Etats-Unis devront maintenir les mesures de « distanciation sociale » jusqu’en 2022 pour ne pas surcharger le système hospitalier, et anticipe la présence du virus jusqu’en 2023, le temps que l’immunité de la population se développe.

+ Tous les décrets concernant « les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire » sont prolongés jusqu’au 11 mai, y compris l’arrêt du 23 mars qui élargit la prescription du Rivotril.

15 avril : Une étude de l’Université catholique de Louvain en Belgique montre que les mesures de confinement strict du pays (les mêmes qu’en France) ont un impact sanitaire très limité, à travers une comparaison avec les Pays-Bas, qui n’ont pas opté pour un confinement strict. En revanche, le confinement strict a un impact important sur la santé de la population. « Il ressort de l’analyse comparative que pour “les nouveaux cas détectés quotidiennement, la différence entre les courbes belges et néerlandaises est infime” alors que voilà environ un mois que les deux approches sont effectives« , explique le journal belge 7 sur 7. L’auteur de cette étude précise : « Ce résultat surprenant doit conduire à remettre fondamentalement en cause l’idée, à la base de toute politique de confinement, selon laquelle il faut être le plus restrictif possible pour être efficace (…) On peut même avancer que le confinement strict a des effets pervers sur la santé, et donc sur la gravité des symptômes en cas de contact avec le covid-19″. “Un organisme affaibli par le confinement” a plus de chances de développer des symptômes sévères, en soulignant que l’affaiblissement peut être physique, par manque d’exercice, ou psychologique, en raison du stress« .

+ Macron déclare que le traitement préconisé par Raoult, qui serait donc désormais pour l’Elysée « un grand scientifique« , « doit être testé« . Après un mois de polémique, Macron aurait déclaré : « Ce n’est pas une question de croyance, c’est une question de scientifique. Je suis convaincu que c’est un grand scientifique, et je suis passionné par ce qu’il dit et ce qu’il explique« .

+ Vaccin coronavirus : L’Union Européenne a annoncé qu’une grande « conférence des donateurs » sera organisée le 4 mai, afin « de lever des fonds pour la recherche d’un vaccin et de traitements » contre le virus, précise Europe 1. « Mardi, les géants de l’industrie pharmaceutique Sanofi et GSK ont annoncé leur intention d’allier leurs forces pour développer un vaccin contre le Covid-19, une collaboration dont les deux laboratoires espèrent obtenir un résultat d’ici 2021« , explique de son côté Médiapart.

+ Des masques seront vendus au public malgré l’interdiction : « Federgy, la chambre syndicale des groupements et enseignes de pharmacie, et l’Union des groupements de pharmaciens d’officine (UDGPO) annoncent que leurs adhérents vont – sans délai- vendre des masques chirurgicaux à la population. Las d’attendre une réponse ministérielle en dépit des multiples appels de la profession, les groupements représentés par leur chambre syndicale, Federgy, et l’UDGPO, ont décidé de passer aux actes. Ils annoncent leur intention de vendre des masques chirurgicaux à la population qui « en fait une demande toute légitime », précise Le Quotidien du Pharmacien. Les masques seront distribués par ordre de priorité, les professionnels de santé et pharmaciens étant prioritaires.

+ Une étude des Etats-Unis publiée par le Center for Disease Control affirme que le coronavirus est deux fois plus contagieux que prévu, avec 6 et non 3 personnes infectées par porteur contaminé. 46% des associations son prêtes à mobiliser leurs adhérents et bénévoles.

+ Selon le président du Conseil Scientifique, Jean-François Delfraissy, 18 millions de « personnes à risque«  (personnes âgées, ayant des pathologies à long terme ou atteintes d’obésité) devront rester « confinées » tant qu’on « n’a pas les pré-requis« , c’est-à-dire pour une durée inconnue, ou En attendant peut-être un médicament préventif. »

+ Selon des rumeurs issues des rangs d' »en marche », Macron envisage un remaniement ministériel, pour « rassembler« . Certains parlent d’une dissolution de l’Assemblée, de « réorganiser les élections législatives« , d’autres de « revoir ce mille-feuille administratif » dont on voit mal pourquoi il vient maintenant sur la table. Un député Lrem s’emporte avec un « référendum sur le fonctionnement de nos administrations« , quand d’autres sont plus lucides: « je pense qu’une dissolution de l’assemblée et l’organisation d’élections législatives sont bien trop périlleuses. On l’a vu avec les dernières municipales« . Quant aux noms qui circulent, ils laissent circonspects beaucoup d’observateurs (Valls, Le Foll, des proches de macron notamment). On notera que Valls est positionné depuis quelque temps.

+ La requête du Syndicat de Jeunes médecins auprès du conseil d’Etat contre l’autorisation de prescription du Rivotril, « un puissant sédatif », aux patients atteints de coronavirus a été rejetée. « Les requérants souhaitaient qu’une circulaire rappelle que l’administration de ce médicament respecte la loi Claeys-Leonetti, qui régit les droits des malades en fin de vie. Ce texte de référence prévoit notamment la recherche du recueil du consentement du patient, la consultation de ses proches et la collégialité de la décision médicale« , rapporte Le Télégramme.

+ Les résultats de deux études sont mentionnés par quelques médias: les fumeurs et anciens fumeurs seraient beaucoup moins touchés par le coronavirus, d’après des analyses de cas réalisées en Chine et aux Etats-Unis. « La première étude, publiée le 24 février dernier, est chinoise et porte sur 1.080 patients. La seconde étude, publiée le 19 mars, est américaine et s’intéresse à 7.162 patients. Dans les deux cas, un même constat : la part de fumeurs au sein de ces groupes de malades est moins importante que dans la population« , résume RTL.

+ Bruno Retailleau, sénateur LR, s’inquiète de l’absence de réponses du gouvernement lors des questions parlementaires, au sujet des mesures prises pour assurer le « déconfinement ». « La sortie du confinement, ça se prépare aujourd’hui. Et je n’ai eu aucun chiffre. Ni sur les masques, ni sur les tests massifs. Dans d’autre pays, comme la Corée du Sud, l’Autriche et l’Allemagne, il y a des succès » souligne-t-il, avant d’ajouter :

La France est au 54e rang pour les tests par habitant. Nous sommes le quatrième pays au monde pour le nombre de morts. Il y a des pays qui réussissent beaucoup mieux que nous.

16 avril : Selon le ministre de la culture, de petits festivals pourraient se tenir à partir du 11 mai. « Si des festivals sont adaptés à des jauges petites et qu’il n’y a pas de problème de sécurité, nous les accompagnerons », a-t-il promis.

+ Le Conseil d’Etat a rejeté la requête de plusieurs syndicats demandant de tester les personnes en EHPAD et le personnel quand une forte contamination a été identifiée dans la résidence. «  »L’Etat fait déjà beaucoup et n’aurait pas les moyens de faire plus. » C‘est en résumé la décision du Conseil d’Etat concernant les Ehpad rendue publique ce jeudi. La haute juridiction administrative a rejeté le recours déposé par plusieurs syndicats. Ceux-ci demandaient au gouvernement de renforcer les mesures sanitaires dans ces résidences où au moins 6524 personnes sont décédées du Covid-19« , relate Le Parisien.

+ Les Etats-Unis ont lancé une enquête pour déterminer si le coronavirus provient du laboratoire P4 de Wuhan. La théorie avancée par Mike Pompeo, chef de la diplomatie US, est un combat entre la Chine et les Etats-Unis. Il pointe aussi la dissimulation d’éléments cruciaux par la Chine. Selon l’Obs, « Les Etats-Unis ne semblent pas exclure que le coronavirus à l’origine de la pandémie qui a déjà tué plus de 137 000 personnes dans le monde provienne d’un laboratoire chinois à Wuhan, et évoquent désormais une « enquête » pour faire la lumière sur son origine« . Pompeo a déclaré que « Nous menons une enquête exhaustive sur tout ce que nous pouvons apprendre sur comment ce virus s’est propagé, a contaminé le monde, et a provoqué une telle tragédie« . Cependant, il serait question d’un virus « naturel » sorti par hasard et pas de manière intentionnelle, précisent les médias français comme Le Point. Début 2018, les autorités US ont alerté les autorités chinoises sur le mauvais niveau de sécurité du labo P4 de Wuhan. L’important dans l’histoire est qu’une enquête a été ouverte.

+ Le Pr Luc Montagnier, spécialiste du SIDA et prix Nobel de médecine en 2008, a déclaré dans une interview que l’examen de la séquence du génome du coronavirus « avait des séquences d’un autre virus qui est le VIH, le virus du SIDA« , et que des pressions ont eu lieu pour revenir sur ces résultats. Il précise que c’est forcément en laboratoire que ce virus de VIH a été implanté par manipulation humaine dans le virus d’origine. Le virus a cependant pu s’échapper par accident, Montagnier évoque une « erreur humaine » et attend une réaction des autorités chinoises… Il évoque aussi une thérapie par des ondes pour supprimer cette partie « VIH » du virus.

+ Selon CNN, Macron se positionne comme « leader du monde » car il n’aurait plus de challengers de son niveau. Apparemment, il a proposé un « cessez-le-feu » mondial et la suppression de dettes de pays africains. Selon CNN toujours, la France pourrait être « leader » dans le processus de « déconfinement »… alors qu’elle sera le dernier pays déconfiné d’Europe.

Dès le lendemain, après que Montagnier ait confirmé sur C News ce qu’il a dit la veille (« Nous en sommes arrivés à la conclusion qu’il y a eu une manipulation sur ce virus. Une partie, je ne dis pas le total. il y a un modèle qui est le virus classique, venant surtout de la chauve-souris, mais auquel on a ajouté par-dessus des séquences du VIH. Ce n’est pas naturel, c’est un travail de professionnel, de biologiste moléculaire, d’horloger des séquences. Dans quel but ? Je ne sais pas (…). Une de mes hypothèses est qu’ils ont voulu faire un vaccin contre le sida.« ), divers médias dont Le Monde ont qualifié son propos de « thèse très contestée« , pour Le Parisien il s’agit d’une « théorie«  qui serait « invraisemblable« . Différents scientifiques contestent l’affirmation de Montagnier, l’un d’eux expliquant que la présence de séquences de VIH est « un hasard », d’autres niant que le virus puisse être de fabrication humaine.

+ Plusieurs maires et des assesseurs sont décédés du coronavirus après avoir été présents lors du premier tour des municipales, selon Radio France. Des cas identiques ont eu lieu dans les régions les plus touchées du pays.

+ Dans une interview au Financial Times, Macron s’en est pris aux autorités chinoises, qui auraient dissimulé des éléments importants sur le coronavirus et son impact. Il a attendu que Trump le dise ouvertement pour aller dans le même sens: « Vous ne pouvez pas comparer la situation de la France, de l’Allemagne ou de l’Italie avec celle de la Chine ou de la Russie, c’est une évidence. La transparence, l’immédiateté de cette information n’a juste rien à voir. Les réseaux ne sont pas libres dans ces pays, vous n’avez pas de réseaux sociaux, vous ne savez pas ce qu’il s’y passe vraiment » (sic.)Mais il n’attaque pas frontalement la Chine, et loue une « très grande puissance« , une « très grande recherche » avec laquelle la france collabore.

17 avril : Pour protéger les policiers , le ministère de l’Intérieur avait prévu un stock limité de masques, à n’utiliser qu’en présence d’une personne suspectée d’être contaminée par le coronavirus. Du coup, des syndicats de policiers ont sollicité les régions pour obtenir des masques. La Région Ile-de-France leur a fourni 50.000 masques chirurgicaux. Selon Le Parisien, « SGP Police-FO réclame que tous les agents puissent porter le masque lors des patrouilles, voire dans les commissariats : certains, « exigus », ont été confrontés à une flambée de cas, notamment à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) ou à Cannes (Alpes-Maritimes) et dans des cantonnements de CRS (…) Mercredi déjà, la région francilienne avait fait don de 50 000 masques au syndicat de police Alliance. Elle avait auparavant proposé un don de 100 000 masques au ministère de l’Intérieur pour qu’il les distribue aux policiers franciliens. Mais la place Beauvau l’avait refusé au motif que les masques devraient prioritairement revenir aux personnels soignants.« .

+ Le secrétaire général de l’OMS, mise en cause la veille par les Etats-Unis, a remercié Macron pour son « leadership dans l’action sanitaire internationale » face au coronavirus.

+ En appui aux propos de Macron sur les éléments dissimulés par la Chine, les renseignements français disent qu’ils n’ont rien vu venir de la crise sanitaire du coronavirus et que personne ne les avait prévenus, même pas les services Américains. « Selon un rapport des services de renseignement remis à la présidence de la République, le nombre de morts du Covid-19 en Chine serait en réalité de « 5 à 10 » fois supérieur au bilan officiel« , explique Marianne. Même les services français installés en Chine n’y auraient vu que du feu.

+ Macron a déclaré dans un communiqué qu’il ne voulait pas « discriminer » une « tranche d’âge« , et que finalement il fallait libérer tout le monde en même temps, et il en a appelé à « la responsabilité individuelle« . quelques jour plus tôt dans son discours à la télé, il avait dit que « pour leur protection, nous demanderons aux personnes les plus vulnérables, aux personnes âgées, en situation de handicap sévère, aux personnes atteintes de maladies chroniques, de rester, même après le 11 mai, confinées, tout au moins dans un premier temps« .

+ Le Conseil d’Etat rejette une requête du maire de Sceaux demandant à pouvoir imposer à ses administrés le port d’un masque dans l’espace public.

18 avril : Depuis quelques jours, des scientifiques s’interrogent sur des conséquences neurologiques possibles à long terme du coronavirus. Selon le Parisien, « certains malades éprouvent de la confusion, au point de ne pas savoir où ils sont, ni quelle est l’année actuelle. Cette perte de repères est parfois liée au manque d’oxygène dans le sang, mais chez des personnes atteintes le niveau de confusion semble être hors de proportion par rapport au niveau d’affection de leurs poumons (…) Dans la revue de l’Association de médecine américaine (Jama), la semaine dernière, des médecins ont rapporté que 36 % de 214 patients chinois avaient des symptômes neurologiques, allant de la perte d’odorat à des douleurs nerveuses, et jusqu’à des crises convulsives et des accidents vasculaires cérébraux (AVC)« 

+ Le Monde évoque une aide alimentaire exceptionnelle que les associations doivent organiser dans certaines banlieues, notamment à Clichy-sous-Bois: « Ce matin-là, à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), les premiers sont arrivés à 8 heures, soit trois heures avant l’ouverture des portes de la maison de la jeunesse de la ville. A 11 heures, la file d’attente s’étirait sur 300 mètres. Mercredi 15 avril, ils étaient des centaines à patienter pour remplir leurs chariots de salades, courgettes, pommes, yaourts et crème fraîche. Sans débourser un centime. Organisée par le collectif Aclefeu et le centre social Toucouleurs, avec le soutien de la Fondation Abbé Pierre, cette distribution alimentaire était la troisième en huit jours. 190 personnes se sont présentées la première fois, 490 la deuxième, puis 750« .

+ L’APH-HP teste l’isolement des malades du coronavirus dans des hôtels. Ca s’appelle le dispositif « Covisan », lancé avec l’appui du groupe Accor. Il n’y a que trois sites pilotes, en région parisienne. « De nombreux spécialistes de santé publique réclamaient depuis plusieurs semaines la mise en œuvre d’une telle stratégie, c’est désormais une priorité pour l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) : limiter coûte que coûte les chaînes de transmission du Covid-19, notamment au sein des familles, en repérant et isolant des personnes potentiellement contaminantes« , rappelle Le Monde

+ Amazon a été condamné cette semaine à se limiter aux livraisons essentielles en raison d’un manque de sécurité pour les salariés. Aux Etats-Unis, l’enseigne a décidé d’installer des caméras thermiques aux entrées de ses sites pour identifier les personnes contaminées, en l’absence de tests publics. Plusieurs cas auraient déjà été détectés dans une cinquantaine de sites déjà équipés. Mais en France, « sommé par la justice de restreindre son activité au terme d’un bras de fer avec des syndicats, Amazon a fermé la totalité de ses centres de distribution et n’était pas en mesure jeudi de dire quand ils pourraient rouvrir« , rappelle Ouest France.

+ Selon le Pr Edgar Morin, « Une nouvelle étude des Pr Wenzhong Liu et Hualan Li montrent que le Coronavirus s’attaquerait non au système respiratoire, mais au système sanguin. La capacité des globules rouges à transporter l’oxygène serait affectée en bloquant le métabolisme de l’Heme qui capte l’oxygène« . Il fait référence à l’étude « COVID-19: Attacks the 1-Beta Chain of Hemoglobin and Captures the Porphyrin to Inhibit Human Heme Metabolism » parue le 10 avril.

+ Un kit de dépistage rapide est en cours de développement au CHU de Caen. Il permettra de donner la réponse en 30 mn. « Ce kit d’analyse baptisé LoopXplore COVID-19 a été validé dans un premier temps théorique par le laboratoire de virologie du CHU de Caen. Le dispositif doit maintenant entrer dans une phase d’étude clinique, portant sur un millier de personnes, afin «d’évaluer la performance, étape dont les premiers résultats seront disponibles fin avril» » précise Ouest France.

+ Origine du Covid : après les affirmations sur l’origine très probable du virus au labo P4 de Wuhan, confirmées par Luc Montagnier entre autres, Le Point laisse la parole à « Richard Ebright, microbiologiste à l’université Rutgers aux États-Unis », selon lequel, résume le Point, « L’analyse du génome du Sars-CoV-2 démontre effectivement de manière irréfutable que le virus n’a pas été fabriqué par ingénierie génétique. Le nouveau virus n’est pas une arme bactériologique et la Chine n’a pas provoqué sciemment cette épidémie« . Tout va bien, donc: il s’agit d’un virus 100% naturel, sorti par accident du labo P4 suite à l’infection d’un employé. Le journal belge Moustique reprend aussi cette théorie, parue dans le Washington Post: « Selon le quotidien, des scientifiques d’un laboratoire de Wuhan (centre de la Chine et épicentre de la pandémie) menaient depuis plusieurs années des recherches sur le coronavirus; sa fuite n’aurait pas été volontaire, mais la conséquence de la sécurité défaillante du laboratoire« . Selon Ebright, « La possibilité qu’il s’agisse d’une arme biologique sciemment diffusée peut être exclue de manière certaine« .

+ 600.000 masques grand public lavables et réutilisables ont été commandés par la métropole de Clermont-Ferrand pour être distribués gratuitement à la population.

+ Alors que le décompte officiel est de 19.323 morts liés au coronavirus, une deuxième morgue temporaire est ouverte en Ile-de-France, suite à la saturation de la première sitée au marché de Rungis, où se trouvent 1.000 corps.

+Le journal économique La Tribune explique que le médicament Remdesivir du laboratoire Gilead, un poids lourd du secteur, se serait « montré efficace pour ralentir la progression du Covid-19 chez des singes« , d’après une étude de l’Institut national des maladies infectieuses aux USA.

+ La Russie s’apprête à lancer le traitement par hydroxychloroquine pour les patients atteints de coronavirus. La Chine a donné 68.000 boites à la Russie. Mais les médias français dont RTL, tiennent à rappeler les risques: « Certains médecins et dirigeants appellent à administrer largement ce médicament, qualifié de « don du ciel » par le président américain Donald Trump, mais une vaste partie de la communauté scientifique et des organisations sanitaires appelle à attendre une validation scientifique rigoureuse, mettant en garde contre les risques pour les patients. Si des études préliminaires en France et en Chine ont conclu à des résultats prometteurs, l’efficacité de la chloroquine et de l’hydroxycholoroquine « reste à démontrer«  selon l’Agence européenne du médicament (EMA). Début avril, l’EMA a appelé à ne les utiliser que dans le cadre d’essais cliniques ou de « programmes d’urgence« « .

+ En Pologne, des distributeurs de masques sont installés dans les rues.

19 avril : Un avion-cargo, et même « le plus gros avion du monde » rempli de matériel venu de Chine atterrit en France, avec « 8 millions de masques pour lutter contre la propagation du Covid-19 » et 150 tonnes de matériel sanitaire, annonce la télé publique… Du matériel destiné à « un client anonyme, dans le cadre des opérations de lutte contre le Covid-19« , qui est une entreprise…

+ Nombre de décès attribués au coronavirus par million d’habitants… La Belgique passe en première place du classement avec 470 morts pour 1 million d’habitants, devant l’Espagne (428 pour 1 million) et l’Italie (384 pour 1 million). La France (293 pour 1 million) est toujours 4e. Juste derrière, l’Angleterre nous rattrape avec 228 décès pour 1 million d’habitants. Précisons que la Belgique intègre dans le total des décès liés au covid les cas suspects de décès dans les EHPAD.

+ Alors qu’il faut environ 45 millions de masques par semaine en France, le pays n’en produit toujours que 8 millions par semaine (contre 4 avant avril). Mais les importations augmentent, adit Philippe lors d’une longue conférence de presse dimanche soir. Et d’ajouter: « Cette semaine, pour la première fois depuis longtemps, nous avons réussi à importer beaucoup plus de masques que ce que nous consommons en ce moment. Ces bons chiffres […] nous permettent d’envisager un élargissement de la politique de distribution des masques dans les prochaines semaines« .

Pour les respirateurs: « D’ici à la fin du mois de juin, la France devrait disposer non seulement de 15 000 respirateurs de réanimation, mais également de 15 000 autres respirateurs plus légers, qu’on appelle des respirateur de transport, c’est-à-dire une quantité supérieure aux besoins exprimés et aux besoins anticipés« , on Véran.

Il sera possible sous conditions (non précisées) de rendre visite aux gens dans les EHPAD. Véran appelle cela des « droits de visite ».

20 avril : On apprend que Macron fera une deuxième conférence avec les représentants des « cultes » et de la franc-maçonnerie, ainsi qu’avec le pape séparément. La discussion avec le pape viserait, selon Ouest-France, à « réfléchir sur la cohésion morale du pays face à la crise et les moyens de rebondir, a précisé l’entourage du président« .

+ Le désastre continue dans les EHPAD, discrètement. En Lorraine, la moitié des résidents d’un EHPAD sont morts (22 sur 51) pendant la crise du coronavirus. Dans un autre, 26 résidents sur 34 ont été testés positifs (5 sont décédés, 4 ont été hospitalisés), ainsi que 19 employés sur 52: « Ca a été fulgurant. Certains résidents n’étaient même pas symptomatiques et en deux heures », leur état de santé s’est fortement dégradé« , raconte la directrice. Selon LCI, « La région Grand Est a perdu 1400 résidents d’Ehpad ou d’autres établissements médico-sociaux, selon le bilan du jeudi 16 avril, morts à l’hôpital ou dans leur résidence« . On apprend aussi que le parquet de Grasse a ouvert une enquête préliminaire pour homicides involontaires et omission de porter secours à personnes en péril, après la mort de 37 résidents de l’Ehpad Korian La Riviera à Mougins. Une dizaine de plaintes concernant cet établissement ont déjà été déposées. le 19 avril, à la suite de Médiapart, Libération évoquait la surmortalité dans les EHPAD du groupe Korian.

+ Karine Lacombe, ce médecin médiatique financé par différents labos dont Gilead [6] (liens que les médias oublient systématiquement de mentionner quand elle intervient alors qu’ils y sont obligés) déclare dans une interview : « On est parti pour des mois de cohabitation avec ce virus, tant qu’on n’a pas trouvé un vaccin, parce que le traitement, même si on a un traitement, ça ne fera pas disparaître le virus tout seul« . Elle admet cependant que les masques manquent, et que c’est pour cela qu’aucune obligation d’en porter n’est faite par l’Etat: « Je pense que le port du masque n’a pas été recommandé parce qu’à l’époque, on n’avait pas les moyens de fournir assez de masques pour que ça devienne une obligation« . 

+ L’info n’est pas encore sortie dans les médias français de masse, mais une bactérie intestinale de type Prevotella et non un virus serait à l’origine de la dégradation de l’état des patients atteints du coronavirus. Cette bactérie qui peut créer des pneumonies a été identifiée chez de nombreux patients dans plusieurs pays (Brésil, Chine, Hong-Kong, Italie). D’ailleurs, des patients guérissent grâce à des antibiotiques comme l’Azithromycine parfois couplée à du zinc. Apparemment, la découverte du rôle de cette bactérie expliquerait beaucoup de choses.

+ Le laboratoire P4 de Wuhan n’était pas suffisamment contrôlé, rapporte Le Figaro, qui précise que « Le 16 février dernier, des médias d’État chinois ont eux aussi rapporté des défaillances. Ils affirmaient notamment que des chercheurs jetaient les matériaux de laboratoire dans les égouts, après expérimentation et sans leur avoir fait subir le traitement spécifique destiné aux rejets biologiques. Ils rappelaient aussi qu’un certain nombre de chercheurs, pour arrondir leurs fins de mois, vendaient des animaux de laboratoire ayant subi des expérimentations sur les marchés de Wuhan« .

+ Philippe a annoncé la veille que les écoles ne reprendront pas tous les élèves en même temps, et que toutes les écoles n’auront pas le même calendrier, mais les conditions n’ont pas été précisées. Cependant, ce sont les maires qui devront prendre la décision de rouvrir et préciser les conditions, alors que les parents sont inquiets. Le journal La Montagne explique par exemple: « Du côté des maires de la Creuse, l’inquiétude est grande. Michel Vergnier est le président de l’association, et pour lui « les maires ne veulent pas être des boucs émissaires. Dans quelles conditions on ouvre ? Pour quels enfants ? Quels effectifs?? Quels besoins au niveau du personnel municipal ? J’attends qu’il y ait des décisions à plusieurs, les maires de la Creuse doivent être consultés »« . France 3 Nouvelle Aquitaine relate : « Tandis-que l’Association des Maires de France réclame aux autorités « un plan de déconfinement précis au niveau national« , certains élus s’insurgent contre la réouverture des classes le 11 mai prochain« . Le maire de Tulle, qui estime ne pas être en capacité d’assurer la sécurité sanitaire des enfants, refuse d’ouvrir les écoles dans ces circonstances. Stéphane Le Foll, maire du Mans, assure que la ville se mettra « en capacité ».

+ Le gouvernement refuse de sauver l’usine de masques de Plaintel. « Depuis le début de la crise sanitaire, la réouverture de l’usine de masques de Plaintel (Côtes-d’Armor) fait débat. La Région, le département et l’agglomération de Saint-Brieuc se disent prêts à soutenir un projet de relance. Le gouvernement pas vraiment…« , explique France Bleu.

21 avril : Les médecins libéraux intervenus en urgence pendant la crise du coronavirus ignorent comment, et même si ils seront rétribués pour cette mobilisation. L’Etat ne prévoit de verser des primes qu’aux personnels « réquisitionnés », or beaucoup de soignants dont des infirmières libérales n’ont pas attendus d’être réquisitionnés pour venir en renfort des centres de soins et hôpitaux, en mettant de côté leur famille. Marianne évoque le cas de médecins d’Ile-de-France: « plusieurs centaines de médecins libéraux travaillant en Ile-de-France contre le Covid-19 ne savent toujours pas comment ils vont être rétribués. En cause ? Des blocages du côté du ministère de la Santé (…) plusieurs centaines de praticiens travaillent ainsi autour de 1.000 lits « privés » ou dans des « consultations Covid » libérales en Ile-de-France depuis six semaines et ne savent toujours pas s’ils vont être rétribués« . Selon le journal, il n’y aurait pas de « ligne budgétaire », et ce sont les Agences Régionales de Santé qui décident des conditions, pouvant aller jusqu’à refuser tout dédommagement.

+ Au Sénégal, la chloroquine montre de premiers résultats très positifs. Le traitement mis en place s’est inspiré des consignes du Pr Raout à Marseille. Le Sénégal, où la population est jeune, a très peu de cas graves. Dès 19 mars un protocole de traitement des cas les moins graves à base d’hydroxychloroquine a été mis en place. Pragmatique, le médecin en charge de l’épidémie explique dans Marianne : « Comme le docteur Raoult, nous avons constaté une baisse de la charge virale au bout d’une semaine. Ce qui induit une guérison plus rapide. Le rapport bénéfice/risque est en faveur des bénéfices. Je considère que je ne perds rien en apportant ce traitement à mes patients. D’autant plus que je n’ai pas constaté d’effets secondaires. Pour l’heure, les résultats sont là. S’ils se confirment à long terme, tant mieux, on continuera. Sinon, on arrêtera« .

+ Selon un rapport de l’Institut Pasteur, seulement 5,7% de la population aura été contaminée par le coronavirus le 11 mai. « « Pour que l’immunité collective soit suffisante pour éviter une deuxième vague, il faudrait 70% de personnes immunisées. On est très en dessous », explique l’auteur principal de l’étude, Simon Cauchemez. Par conséquent, « au sortir du confinement, si on veut éviter une deuxième vague importante, des mesures doivent être maintenues », ajoute l’épidémiologiste« , explique France Info.

+ A Singapour, la « deuxième vague » du covid serait en train d’émerger en force. Le gouvernement a prolongé le « confinement » d’un mois et l’a renforcé. « Les autorités sanitaires singapouriennes ont enregistré 1.111 nouveaux cas de Covid-19 mardi, portant le total à 9.125, et 11 morts » ce mardi.

+ Les maires de Bretagne ont commandé des masques à l’étranger comme à es entreprises locales. « Ces masques sont pour nos Ehpad, nos agents en contact avec la population, pas pour l’ensemble de la population. On se débrouille, mais cela a des limites« , explique le maire de Brest au Télégramme. La maire de Saint-Brieuc est dans la même démarche: « J’ai eu le préfet qui m’a dit que c’est aux communes de se mettre en ordre de marche pour se fournir en masques. Et on va le faire, c’est un devoir d’accompagner nos concitoyens« . C’est le branle-bas-de-combat dans les mairies pour tenter d’assurer la sécurité lors de la reprise des écoles le 11 mai.

+ Une étude chinoise sur les mutations du virus a montré que plusieurs souches circulent, et selon eux l’Europe serait touchée par la plus virulente. « Le professeur Li Lanjuan de l’Université de Zhejiang et plusieurs de ses collègues se sont penchés sur les capacités de mutation du SARS-CoV-2, le virus responsable de la maladie. Selon les résultats de leur étude, cette capacité a été largement sous-estimée jusqu’ici et a joué un rôle important dans l’impact qu’a pu avoir la maladie dans différents endroits du monde. Selon le South China Morning Post, les travaux de l’épidémiologiste chinoise, qui avait été la première scientifique à proposer un confinement total pour stopper la pandémie à Wuhan, et de son équipe ont mis en évidence pas moins de 30 mutations différentes du coronavirus, dont plus de 50% n’avaient pas été identifiées jusqu’ici« , lit-on sur Yahoo Actualités. Au fil du temps, certaines souches sont devenus plus létales et les souches présentes en Europe seraient plus mortelles qu’aux Etats-Unis ou en Chine. Les souches identifiées dans les différentes parties du monde seraient intrinsèquement différentes, selon des études génétiques. Le virus aurait aujourd’hui au moins une trentaine de mutations, avec des charges virales pouvant être beaucoup plus importantes. Les réponses médicales doivent peut-être être adaptées à la souche du virus. Jusqu’à présent, il était considéré que les mutations n’étaient que mineures.

+ Les mensonges sur les importations de masques continuent. Médiapart a compté, et les 178 millions de masques importés en France en 3 semaines annoncés par Philippe dans son très long discours incluent les commandes des collectivités et des entreprises. L’Etat, lui, n’en aurait fait venir que 90 millions. Les chiffres donnés par les uns et les autres sont en tout cas incohérents.

+ La France est en retard pour réaliser les tests sur la population, et cela depuis le début du « confinement ».

+ Un article paru dans Le Canard Enchaîné revient sur une circulaire du 19 mars qui limite l’admission en réanimation des personnes considérées -le temps de la crise sanitaire- comme trop « fragiles ». Cette circulaire a été inspirée « par le souci de nombreux médecins d’éviter l’acharnement thérapeutique et les souffrances inutiles comme par la crainte de manquer de lits pour les patients plus jeunes« , et elle semble avoir été appliquée « de manière un peu trop systématique« . Un recensement de l’Assistance publique de Paris est cité : « Le 21 mars -juste après la sortie de la circulaire – 19% des patients placés en réanimation étaient âgés de plus de 75 ans. Le 5 avril, au plus fort de l’épidémie, ils n’étaient plus que 7%!« . Le taux de personnes âgées placées en réanimation dans les régions les plus touchées est inférieur à celui des autres régions.

23 avril : Blanquer a répondu en visioconférence que les parents ne seront pas obligés de mettre leurs enfants à l’école après le 11 mai. « A la question « est-ce que les parents auront le droit de choisir oui ou non d’envoyer leurs enfants à l’école ? » Le premier ministre affirme ce mardi 21 avril « il sera possible de ne pas aller en cours si les parents refusent d’envoyer leur enfant à l’école à partir du 11 mai, mais il faudra être en mesure d’assurer l’enseignement à distance ». Il a jouté, concernant les professeurs ou parents « à risque » : »Bien entendu, un professeur qui a une vulnérabilité de santé ne viendra pas en classe et si l’on a un parent vulnérable chez soi, on ne vient pas non plus. » Il n’est pas encore décidé si les parents qui refusent d’envoyer leurs enfants à l’école après le 11 mai pourront bénéficier du dispositif « garde d’enfants ».

+ La chloroquine est déconseillée par l’Agence européenne du médicament, qui pointe des effets secondaires potentiels. « Les effets bénéfiques de la choloroquine et de l’hydroxychloroquine – qui comptent parmi leurs principaux partisans le président Donald Trump et le controversé Pr Didier Raoult – n’ont « pas encore été démontrés », indique l’EMA, basée à Amsterdam (Pays-Bas)« , relate le Point.

+ La plupart des respirateurs fabriqués par Air Liquid, en partenariat avec PSA, Valeo et Schneider Electric, seraient inadaptés aux besoins de la crise du covid. 8.500 respirateurs d’un ancien modèle appelé Osiris 3 et destiné au transport de malades, vendus à prix coûtant à 3.000€ pièce. Selon Air Liquid, les Osiris ont été fabriqués suivant les recommandations des experts du gouvernement, qui disent ne pas avoir été sollicités.

+ Le Plaquenil, nom commercial de l’hydroxychloroquine, va être distribué gratuitement dans 1500 pharmacies du Piémont en Italie, pour des personnes en traitement à domicile, à l’initiative de fédérations de pharmaciens.

24 avril : Sondage – 61% des personnes interrogées ont une mauvaise opinion de Macron. C’est 58% pour Philippe. De plus, 51% « pensent qu’il ne modifiera pas sa manière d’exercer la fonction présidentielle et 54%, qu’il ne bougera pas de ligne politique« . 

+ La mortalité dans les EHPAD aurait augmenté de plus de 35% par rapport à la même période de l’année dernière. En Ile de France c’est même + 173%, dans le Grand Est + 83%. Les Echos rapportent que « Selon l’Insee, « entre le 1er mars et le 13 avril, le nombre de décès en France est ainsi supérieur de 25 % à celui enregistré à la même époque en 2019 et de 13 % à 2018». Alors que l’Hexagone enregistrait environ 1.800 décès quotidiens à la mi-mars en 2018 et 2019, ce chiffre est monté à 2.610 décès en moyenne chaque jour entre le 1er et le 6 avril et à 2.300 entre le 7 et le 13 avril« . Concernant la répartition des lieux de décès, France Info précise : « l’Insee note qu' »environ 38 000 décès ont eu lieu dans un hôpital ou une clinique (soit 52% des décès enregistrés), 17 000 ont eu lieu à domicile (23%), environ 10 000 dans un établissement pour personnes âgées (14 %) ». Lorsqu’on regarde l’évolution quotidienne de ces données, on remarque que les décès en Ehpad et maisons de retraite augmentent plus fortement (+34,6%) que les décès à domicile (+19,2%) ou à l’hôpital (+17,3%)« . Les personnes de plus de 75 ans, surtout au-dessus de 85 ans, sont les plus touchées.

+ Macron annonce déjà qu’un nouveau « confinement » pourrait être imposé si l’épidémie repart en France. Selon lui, il faut « que les Français apprennent à vivre avec le virus« .

+ Interdiction par arrêté de la vente de substituts nicotiniques, suite à la diffusion de deux études montrant que les fumeurs et anciens fumeurs étaient moins touchés par le coronavirus. Selon France Info, ce texte « prévoit que jusqu’au 11 mai, date du début du déconfinement, la vente de substituts nicotiniques sera limitée au nombre de boîtes nécessaire pour un traitement d’une durée d’un mois. La vente par internet, elle, est suspendue« . 

+ Les cambriolages dans les commerces et entreprises ont augmenté de 56% à Paris au premier trimestre (114 faits contre 714 au premier trimestre 2019). La mairie de Paris explique : « Les pharmacies ont beaucoup été cambriolées pour voler des denrées rares comme les masques ou certains médicaments, mais aussi parce que les pharmacies sont les rares commerces ouverts, donc à avoir du cash ».

+ Suite à la diffusion d’une vidéo de bidons de chloroquine en provenance de Chine détenus par l’armée, l’armée confirme avoir acheté un stock de chloroquine, au cas où « la chloroquine se révélait validée par les autorités de santé comme étant utile pour lutter contre le Covid-19″, par « précaution ».

+ Alors que des entreprises parviennent à se procurer des masques FFP2 pour leurs salariés, l’Etat n’en a pas assez pour équiper tout les soignants, et encore moins la population. Véran a déclaré jeudi 23 avril que les masques FFP2 étaient encore réservés aux soignants des hôpitaux. Médiapart a constaté « que, dans le même temps, les entreprises qui ne sont pas dans le secteur sanitaire achètent et consomment des quantités importantes de masques FFP2 et de son cousin haut de gamme, le FFP3, un modèle essentiellement industriel qui n’est pas en temps normal utilisé à l’hôpital. Certaines entreprises les utilisent pour protéger leurs salariés du coronavirus. À tel point que dans de grands groupes, comme Renault ou Michelin, certains salariés sont mieux équipés en FFP2 que beaucoup de soignants hospitaliers qui travaillent dans des services Covid-19« . De plus, ce sont souvent des masques périmés qui parviennent aux hôpitaux. 

+ Le Monde tente d’élucider les causes de l’échec français en matière de tests sur la population. « Dans un état des lieux des politiques menées par ses Etats membres, l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) signale qu’en date du 15 avril, le nombre de personnes dépistées en France était de 5,1 pour 1 000 habitants« , précise le quotidien, « C’est près de trois fois moins que la moyenne des pays de l’OCDE, deux fois moins qu’aux Etats-Unis (9,3 pour 1 000), et loin derrière l’Allemagne (17 pour 1 000) ». Mais selon les autorités sanitaires françaises, ce chiffre serait sous-estimé« . Pourtant, le 23 avril, Salomon a déclaré devant la commission d’enquête parlementaire que 165.000 personnes sont testées chaque semaine et le 24, Véran a dit : « On va être à environ 300 000 tests réalisés dans la semaine, ce qui veut dire qu’on est montés en puissance« .

+ Un microbiologiste russe appuie les propos de Luc Montagnier, sur l’origine humaine du nouveau coronavirus, qui aurait été créé au laboratoire de Wuhan avec des morceaux de virus du HIV. Le microbiologiste Peter Chumakov de l’Engelhardt Institute of Molecular Biology à Moscou confirme et dit que l’objectif des chercheurs était d’étudier le caractère pathogène du virus. Selon lui, c’est dans la laboratoire de Wuhan que le génome du virus a été modifié pour pouvoir contaminer les humains. Des variantes du virus auraient selon lui été créées par les scientifiques chinois. mais le virus serait sorti de manière accidentelle et le but n’était pas de contaminer la planète entière.

+ Une équipe du CHU de Besançon fait le lien entre le coronavirus et les embolies pulmonaires : « Le diagnostic d’embolie pulmonaire chez les patients COVID-19 est impératif et impose la réalisation d’un angioscanner pulmonaire au lieu du scanner thoracique sans injection actuellement recommandé » conclut l’équipe du CHU.
Une recommandation qui, selon elle, devrait s’imposer à tous. A l’hôpital de Besançon, depuis la fin de l’étude, tous les patients présentant des symptômes respiratoires bénéficient d’ un angioscanner et tous les malades Covid-19 admis en réanimation sont sous traitement  anti-coagulant
« , rapporte l’antenne locale de France 3.

+ Selon Challenges, le gouvernement, notamment Salomon, était au courant depuis 2018 que la France était en pénurie de masques. « Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, avait reçu dès 2018 une note l’informant que le stock d’Etat de masques était en grande partie périmé et insuffisant. En mai 2019, l’agence Santé publique France publiait un avis de médecins experts réclamant la constitution d’un stock d’un milliard de masques« , précise le magazine économique. 

25 avril : Les médecins de Moselle qui avaient découvert des traitements efficaces contre le coronavirus, à base d’Azithromycine notamment, ont reçu de nombreuses critiques d’autres médecins, et sont désormais « sommés de se taire » par le conseil national de l’ordre des médecins (créé sous Vichy). Ces médecins étaient pourtant parvenus à éviter l’hospitalisation de leurs patients. Dans son message, le conseil national déclare : « Le CNOM a informé l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé de ces protocoles qui s’inscrivent en dehors de la législation en vigueur et en tirera, le cas échéant, les conséquences« .

+ Le Pr Didier Raoult est menacé par le conseil national de l’Ordre des médecins pour avoir utilisé la chloroquine dans le traitement du coronavirus, comme une vingtaine de médecins ayant testé des traitements non validés par les autorités sanitaires. Dans son communiqué du jeudi 23 avril, le conseil national écrit: « Il serait inadmissible dans ce contexte de susciter de faux espoirs de guérison (…) La mise en danger des patients, s’il apparaissait qu’elle puisse être provoquée par des traitements non validés scientifiquement, pourrait justifier dans ces circonstances la saisine du Directeur général de l’ARS pour demander une suspension immédiate de l’activité de ces médecins« , et qualifie tous les protocoles alternatifs de « dérives« , de remèdes suscitant « de faux espoirs de guérison« . Didier Raoult a répondu que son étude portait sur des patients pris en charge dans le cadre de soins courants et n’entrait pas « n’entrait pas dans le cadre d’une Recherche Impliquant la Personne Humaine (RIPH) (Article L1121-1 1° du Code de la Santé Publique)« .

+ Tweet de Macron annonçant l’ouverture d’un nouveau numéro vert, pour les personnes qui auraient besoin de « soutien psychologique » pendant le « confinement.

+ La presse évoque le vaccin du BCG qui pourrait être utilisé contre le coronavirus. Des essais cliniques travaillent sur cette hypothèse. S’il est efficace il faudra relancer la production car le produit est sous tension. « Si une « amélioration de l’immunité » liée à une vaccination récente par le BCG était constatée, « je pense que cela supposerait qu’on refasse une vaccination BCG quel que soit l’âge de la personne, et quels que soient ses antécédents en matière de BCG », explique à Mediapart la professeure Élisabeth Bouvet, infectiologue à l’hôpital Bichat et présidente de la Commission technique des vaccinations (CTV), chargée des recommandations vaccinales au sein de la Haute autorité de santé ». Depuis 2007, le BCG n’est plus obligatoire en France. Selon Sciences et Avenir, « le vaccin pourrait faire baisser la gravité de la maladie et éviter que le système immunitaire, chargé de protéger notre organisme, ne s’emballe et ne se retourne contre le malade. Une réaction observée chez de nombreux patients environ une semaine après l’apparition des premiers symptômes. Appelée « orage cytokinique », cette réaction consiste en la production de cytokines, des molécules qui favorisent la réaction inflammatoire« . 

+ Un chercheur généticien de Lille a proposé aux autorités de produire des tests de détection pour le coronavirus, mais n’a pas obtenu l’autorisation. Philippe Froguel, à la tête d’un laboratoire public du CHRU de Lille qui pratique des tests pour la grippe et le coronavirus depuis des dizaines d’années, explique à France Inter : « On m’a répondu qu’il fallait respecter les procédures, et que je n’avais pas le droit de le faire », et que seuls les biologistes pouvaient les réaliser. Ceci, alors que la France est en pénurie de tests.

+ La mortalité liée au coronavirus est sous-estimée puisque les personnes décédées à domicile ne sont toujours pas comptabilisées. « Le nombre de décès dus au Covid pourrait être deux fois plus élevé, selon les projections actuelles. Le système de recensement reste artisanal. Les victimes à la maison seront ajoutées dans les prochaines semaines« , résume le JDD. Tous les EHPAD ne font pas non plus remonter l’information. bref, nous pourrions en être à plus de 40.000 morts en réalité.

26 avril : Les pharmacies pourront désormais vendre des « masques grand public » aux « grand public », suite à un arrêté paru la veille. Ils coûteront entre 2 et 5 euros et certains seront réutilisables. Selon France Info, « Le président de la FSPF a proposé à l’exécutif que les pharmacies distribuent gratuitement ces masques aux plus précaires« . Les masques ne seront pas disponibles dès lundi, car il doivent être « fabriqués selon un processus industriel et répondant aux spécifications techniques applicables« . cependant, les masques réutilisables comportent quelques contraintes : « Ces masques devront répondre à la norme Afnor pour assurer une filtration du virus au moins à 70 %. Ils pourront être lavables à 60° et repassables« , rappelle BFM

+ Le point sur la situation de la France par rapport à la gestion de la crise sanitaire: Nous en sommes 22.614 décès liés attribués au coronavirus. La France est au 26 avril le 2e pays au monde selon le taux de mortalité des personnes infectées (14,11%, derrière la Belgique à 15,26%):

C’est toujours le 4e pays le plus mortifère par coronavirus au monde, avec 341 morts pour 1 million d’habitants, derrière l’Italie (429 décès pour 1 million d’habitants), l’Espagne (482/1 million), et la Belgique passée n°1 avec 576 morts du coronavirus par million d’habitants (mais la Belgique compte aussi les décès à domicile, pas la France). le Royaume-Uni est à 287 décès / 1 million, les Pays-Bas à 250/1 million :

+ L’Italie annonce que les écoles ne rouvriront qu’en septembre. Selon France Info, « Le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, a promis la réouverture des écoles pour septembre, dans une interview publiée dimanche 26 avril par le quotidien La Repubblica (en italien)« L’école est au centre de nos pensées, (…) mais tous les scénarios préparés par un comité d’experts prévoyaient des risques élevés de contagion en cas de réouverture [avant septembre]« . Le pays compte relancer la quasi totalité de l’activité industrielle, de la construction et des entreprises le 4 mai.

+ L’usine de production de masques, notamment FFP2, de Plaintel pourrait rouvrir dans le « courant de l’automne », selon l’ex secrétaire d’Etat chargé d’étudier la faisabilité de relancer la production. Quand le propriétaire américain Honeywell Bull a décidé de délocaliser la production en 2018, il avait fait détruire les machines. Depuis la mi mars jusqu’à la semaine dernière, le gouvernement refusait d’étudier cette possibilité.

+ Les personnes chargées de tracer les patients atteints de coronavirus, tâche nécessaire en cas de « déconfinement », craignent de ne pas être assez nombreuse ni assez organisées.

+ Le Conseil Scientifique avait recommandé au gouvernement de ne pas rouvrir les établissements scolaires avant le mois de septembre et a qualifié l’annonce du gouvernement de rouvrir à partir du 11 mai de « décision politique« .

+ Selon une organisation de médecins généralistes, MG France, il y aurait environ 9.000 personnes décédées du coronavirus à domicile entre le 17 mars et le 19 avril, qui ne sont toujours pas comptabilisées dans le décompte officiel quotidien. « Ces 9.000 décès, précise-t-il, ont été recensés entre le 17 mars, soit depuis le début du confinement, et le 19 avril dernier, grâce à un questionnaire envoyé à plus de 2.300 médecins« , précise CNews. 

+ Les soignants seraient six fois plus touchés par le virus que la population générale, et faut de protections, ils propagent aussi le virus. Médiapart explique : « Des milliers de professionnels de santé et de pompiers sont aujourd’hui contaminés. Certains souffrent et meurent. D’autres continuent à travailler, et propagent ainsi le virus. L’AP-HP envisage pourtant de systématiser ce fonctionnement, selon une note interne« . Cette note mise à jour le 13 avril « prévoit de continuer à faire travailler, dans la perspective du déconfinement, les soignants testés positifs au Covid peu symptomatiques et non immunisés« . Martin Hirsch et deux collaborateurs écrivent dans cette note qu’ils savent que la pilule sera difficile à faire passer compte tenu du manque d’équipements et de personnel, des burn-outs, du stress post-traumatique, mais qu’il faudra faire passer des messages pour « éviter la démobilisation » lors de la phase de « déconfinement ». Dans l’Est, la situation n’est pas meilleure, et par exemple « Depuis le 1er mars, 571 agents de l’hôpital de Mulhouse ont été placés en arrêt de travail pour « Covid avéré ou suspecté ». Soit près de 10 % du personnel« . A tel point que Médiapart s’interroge: les hôpitaux sont-ils devenus des clusters?

27 avril : Selon l’IFOP, 71% « des Français » sont « favorables à ce que Emmanuel Macron forme dans les prochaines semaines un gouvernement d’union nationale qui rassemblerait différents partis pour relever les défis sanitaires, économiques et sociaux liés à la crise du coronavirus« . Et le sondage précise même qui devrait intégrer ce gouvernement : « Parmi eux, près de huit répondants sur dix souhaiterait que Europe Ecologie Les Verts (80%) et Les Républicains (77%) participent à ce gouvernement d’union nationale, deux tiers pour le Parti Socialiste (67%), et une petite majorité des répondants pour le Rassemblement National (55%) et La France Insoumise (53%) ».

+ Selon Les Echos, « les Hôpitaux de Paris ont bon espoir d’avoir trouvé un « début » de traitement pour les cas graves » de coronavirus. On n’a pas encore les résultats, mais l’AP-HP préfère, par « éthique », communiquer dès maintenant. L’article des Echos est modéré: « Les chercheurs de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) espèrent avoir trouvé un début de traitement pour les cas graves de coronavirus » et la publication scientifique sera accélérée à quelques jours au lieu de trois mois. Il s’agit d’un médicament habituellement prescrit aux personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde. « La fierté de l’AP-HP est d’avoir été capable de mettre sur pied ce protocole thérapeutique en huit jours, avec toutes les autorisations nécessaires, et de parvenir à de premiers résultats avant d’autres équipes qui ont pu se lancer un peu plus tôt« , précise le média.

+ Un message du gouvernement aux pharmaciens annonce la réquisition par l’Etat de médicaments destinés à la réanimation. La Croix précise : « L’État s’apprête à réquisitionner, dès lundi 27 avril, plusieurs types de médicaments considérés comme stratégiques pour les semaines qui viennent. Sont concernés deux hypnotiques (Midazolam et Propofol) et trois curares, indispensables en réanimation et en soins palliatifs pour endormir les patients. En cause : « des tensions d’approvisionnement extrêmement fortes » (…) Concrètement, l’État va réquisitionner tous les stocks disponibles en pharmacie hospitalière et devient le seul à pouvoir acheter et distribuer ces produits« . Des pharmaciens soulignent l’ampleur de cette mesure sans précédent, et se demandent pourquoi l’Etat n’a pas prévu de stocks depuis le début de l’épidémie. Alors que 60 à 80% des principes actifs nécessaires pour ces médicaments proviennent de Chine, la question d’une relocalisation de la production doit être posée. Des problèmes vont se poser car ces médicaments sont utilisés pour d’autres pathologies comme les cancers. Quant à l’anticipation, La Croix explique par exemple : »En Île-de-France, l’Agence régionale de santé n’a commencé à recenser les pénuries de médicaments auprès des hôpitaux que le week-end du 1er avril« .

+ On apprend que le taux de patients décédés en réanimation dans le cadre de l’épidémie de coronavirus est en réalité de 30 à 40%, bien supérieur aux 10% annoncés le 17 avril par le gouvernement.


[1] « Si l’hydroxychloroquine et l’association lopinavir/ritonavir peuvent toujours être prescrits par les établissements de santé recevant des personnes infectées au coronavirus, cette médication ne pourra désormais se faire qu’«après décision collégiale, dans le respect des recommandations du Haut conseil de la santé publique et, en particulier, de l’indication pour les patients atteints de pneumonie oxygéno-requérante ou d’une défaillance d’organe», d’après le nouveau décret« .

[2] « En France, c’est une petite entreprise bretonne de Guipry (Ille-et-Vilaine), NG Biotech, qui crée la surprise avec la première réalisation d’un test rapide en France, de type sérologique, appelé le NG-Test® IgG-IgM COVID-19. Il a reçu la validation de plusieurs services hospitaliers dans le cadre d’une campagne d’évaluations cliniques approfondies. Une simple goutte de sang prélevée sur le doigt doit être déposée sur un petit dispositif de plastique ». https://francais.rt.com/france/73448-vers-tests-massifs-contre-coronavirus-en-france-pourquoi-tant-de-retard

[3] Selon l’Express du 31 mars 2020, « Ancien conseiller des ministres de l’Intérieur Brice Hortefeux et Claude Guéant, le général Lizurey a eu à gérer sur le terrain plusieurs crises, dont l’explosion de l’usine AZF de Toulouse en 2001 lorsqu’il dirigeait le groupement de Haute-Garonne. Il se trouvait également à Ouvéa, en Nouvelle-Calédonie, lors de la prise d’otages en 1988. Lorsqu’il était à la tête de la gendarmerie nationale, il a notamment piloté l‘évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes au printemps 2018 ». C’est aussi lui qui a nommé Benalla au grade de lieutenant-colonel de réserve « au titre d’expert spécialiste », « Un statut peu connu qui accueille seulement 74 « spécialistes » sur un vivier de quelque 30 000 réservistes » précisait Public Sénat lors de son audition par la commission d’enquête en juillet 2018.

[4] Le site Le Grand Continent poursuit, au sujet d’une autre étude chinoise sur la chloroquine publiée en mars 2020: « 93 % des tests par PCR reviennent négatifs à huit jours après début du traitement, et une amélioration clinique est constatée chez la totalité des patients sauf deux, avec une durée moyenne de séjour en maladies infectieuses de 4.6 jours. Parmi les 80 patients, 65 (81.3 %) ont pu être déchargés de l’unité, 15 % ont eu besoin d’assistance respiratoire, 3 patients sont allés en soins intensifs dont 2 pour lesquels la situation s’est améliorée. »

[5] Quand elle ne les déclare pas non coupables, ils reçoivent du sursis ou des dispenses de peine, et elle met des années à mener ces procédures aussi coûteuses qu’inutiles.

[6] Selon Libération, « Sur Transparence santé, Gilead affiche 17 000 euros de versement à Karine Lacombe, au titre de conventions et de rémunérations entre février 2017 et fin 2019, et 8 000 euros en avantages depuis 2013. Abbvie, pour sa part, déclare avoir versé à la professeure 26 000 euros en conventions et rémunérations entre février 2016 et fin 2019, et 12 000 euros d’avantages depuis 2012 (…) De très nombreux documents disponibles en ligne en attestent : posters de congrèsdiaporamas d’interventionpapiers scientifiquesinterventions au symposium Abbvie… On y lit que la professeure «a été conseillère, consultante, membre du board d’Abbvie, BMS, Gilead, Jansen et Merck». Ou encore qu’elle «a reçu des bourses de recherches de Gilead, Merck et Janssen».

La chronologie sur la gestion sanitaire de la crise du #coronavirus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *